Registre janvier 1791Le dimanche 16 janvier 1791, la municipalité de Nogent tenait quatre délibérations :27_01_1791

  • Dans la première elle nommait des commissaires aux grains.

« Ce Jourd'hui Seize Janvier mil sept cent quatre Vingt onze dans la dite assemblée du Corps municipal de la ville de Nogent le rotrou. Le procureur de la Commune entendû, le corps municipal a observé qu'il étoit indispensable de proceder à la nomination de commissaires à l'effet de prendre des echantillon de toutes especes de grains, pour sur leur repreSentation etre Statué le prix du bled, Pourquoi Il a nommé pour comiSSaires les Sieurs Vasseur et Marguerith qui seRont chargés de faire lesdits rapports tous les Samedis pendant Un mois, ont accepte ladite Commission a eux deferée et ont promis S'en acquitter en leur ame &Conscience et ont Signé avec le Sécrétaire greffier dont acte ./. »[1]

  • Puis, elle procédait à l’enregistrement de décrets.

« Le procureur de la commune a fait rapport de cinq decret de l'aSSemblée nationalle le premier en date du 23 octobre 1790, pour l'administration des biens des monasteres, et notamment de ceux de l'abbaye de cluny, le Second en date du 10 ocbre 1790, relatif aux Soumissions à faire par les municipalités & aux estimations, et designation, et autres choSes nécessaire pour l'acquiSition des biens nationaux, le troisième en date du 17 novembre 1790 qui fixe les formalités à remplir pour l'entrepôt des grains, farines et legumes, venant de l'etranger, destinéS à la reexportation, le quatrieme qui modifie le code penal de la Marine, en date du deux novembre 1790 ; le cinquiême contenant reglement de la procedure en la Justice de Paix en date du 26 octobre 1790, et a requis que les exemplaires des dits decrets soient depoSés aux archives.

Surquoi, matière mise en deliberation, le Corps municipal a arrêté, que lesdits decrets FuSSent deposés aux archives, et ont les officiers municipaux signé avec le Sécrétaire Greffier dont acte.   

J. marguerith    Vasseur       Baudoüin

//. J. crochard                Sre ?                     Lequette

  maire                                                 Pr. De la Commune »[2]

 

  • Ensuite, elle délibérait sur la demande d’établissement d'un jeune vétérinaire dans la ville, lui conseillant d’aller plutôt s’établir à Dreux, Nogent disposant déjà d’un vétérinaire.

« Ce Jourd'hui seize Janvier mil Sept cent quatre Vingt Onze de relevée dans l'assemblée du corps municipal de la ville de Nogent Le rotrou. le procureur de la commune a fait rapport d'une delibération du directoire du District de nogent le rotrou par laquelle cette administration demande l'avis de la municipalité sur la requête preSentée par le S. alexis Jost artiste vétérinaire resident en cette ville, expositive que l'exposant reclame une Somme de trois Cents livres pour livres [ sic ] pour l'acquisition des Instruments neceSsaires a l'exercice de Sa profeSsion, et celle de Six cents livres pour subvenir aux dépenses que necessitoit Son etablissement, en outre la Fixation d'une ville ou il convient à l'admistration qu'il sétabliSse.

Le corps municipal observe qu'il lui paroit de la plus exacte Justice que l'administration vienne au Secours de ce Jeune artiste, puiSque le gouvernement en le prenant Sous sa protection a fait des depenses aSsez considérables pour son éducation et qui certainement sur paSsent [ sic ] celles qui sont + [ en marge : + a faire ] deja faites ; qu'il est notoire d'ailleurs qu'il a correspondu aux bienfaisances du prince par les progrès qu'il a faits dans l'art veterinaire, ainsy qu'il resulte d'une attestation du S. Chabert directeur des centres veterinaires de france, que les Sacrifices qui ont été faits comme il vient d'etre dit cy deSsus, tomberoient en pure perte pour l'etat, si l'administration l'abandonnoit, que l'esprit ministeriel en favorisant ses ecoles par les prix qu'elle decernoit aux sujets qui s'y distinguoient, etoit de procurer aux provinces des Hommes capables d'arrêter la course de certaines maladies epidemiques qui se manifestent quelquefois sur les bestiaux et qui enlevent aux cultivateurs la plus grande partie de leur fortune ; ajoutant que le S. Jost merite la plus grande consideration tant par la regularité de sa Conduite que par les preuves non equivoques quil a fournies en cette ville de Ses talents et connoissances dans l'art Vétérinaire, et que cette ville les habitants de cette ville le reclameroient que si elle n'en avoit un dans son enceinte Dont ils sentent toute l'influence.

Par ces considerations a arreté ledit corps municipal que la ville de Dreux Devoit etre celle de l'etablissement du S. Jost, au moyen de ce que toutes les villes du dépt en ont un, et qu'il lui soit accordé les Sommes par lui demandées dont ils reconnoit la nécéssité pour la formation de Son établissement, et que cette dépenSe doit etre supportée par le dept., et ont les officiers municipaux signé avec le Sécrétaire greffier dont acte. Six mots rayés nuls. Un Surchargé.

+ à faire pour en retirer tout le fruit que l'on a droit d'en attendre »[3]

 

  • Enfin, elle sollicitait le département de lui attribuer une somme de 12 000 livres sur les 80 000 qu’il devait recevoir afin d’établir un atelier de charité destiné à la restauration des rues de Nogent.

« dans ladite aSsemblée, le corps municipal Instruit que l'aSSemblée nationale venoit de decreter qu'il seroit alloué a chaque departement une Somme de quatre vingt mille livres pour être employés aux travaux de charité, que suivant l'esprit de cette loi il est presumable que cette Somme sera divisée entre les districts et les municipalités qui composent Le departement d'eure & loir, a raison de la population, des localités et du nombre des infortunés que renferment les villes, remontre 1° que celle de nogent le rotrou Contient environ 7000 ameS d'après le recenSement qui en a été fait en conseqces des ordres ministeriels du dept , que la moitié de ces habitants Sont plongéS dans la plus affreuse miSere dont la cause Provient de la chute du commerce d'étamines, que l'industrie unique reSsource des citéS est abSolument anéantie en cette ville et par la rareté du numeraire et par la Stagnation de cette fabrique.

2° que toutes les rües de cette ville Sont impraticables par leur état defectueux, que l'on ne pourroit faire un emploi plus Sacré des deniers accordés par le gouvernement qu'à la reparation des rues de cette ville et notamment a la reconstruction d'une + [ en marge : + de 788 toises de longitude ] par ou passe la grande route et dont les voyageurs Se plaignent tous les jours se trouvent obligés de la parcourir quelquefois pedestrement++ [ en marge : ++ que la conceSsion d'une Somme conSequente en faveur de cette ville auroit un double avantage celui de retablir les rües dans un etat pratiquable, et de donner De l'ouvrage a des infortunés qui sont dans la plus grande disette. ] ; enfin que ces motifs Sont les plus puiSsants pour engager les administrateurs du dept. D'eure et loir a prendre en la plus grande ConSidération cette ville qui n'offre que le tableau d'une calamité generalle et que la preuve la plus complette de cet expoSe reSulte du concours nombreux de perSonnes qui viennent tous les jours demander la radiation de leur cote, qu'il est même etonnant de voir des perSonnes autrefois Commercantes etre aujourd'hui reduite a la mendicité.

Pourquoi, oui le procureur de la commune, le corps municipal arrête de Solliciter de l'administration une Somme de Douze mille livres pour etre employée En cette ville à la destination cy dessus enoncée, et qu'expedition des preSentes Sera adressée à M. M. du directoire pour leur avis donné, etre Statué ce qu'il appartiendra. et ont les officiers mpaux signé avec le Sécrétaire greffier dont acte.

  //. J. crochard              Baugart            Proust                      j. marguerith

         Maire                                                                                 Sre

 Baudoüin           Lequette        Vasseur                   Ppiau                         

                     pr de la Commune »[4]

 



[1] A. M. de Nogent-le-Rotrou, 1D1 feuillet 42.

[2] A. M. de Nogent-le-Rotrou, 1D1 feuillets 42et 43.

[3] A. M. de Nogent-le-Rotrou, 1D1 feuillet 43.

[4] A. M. de Nogent-le-Rotrou, 1D1 feuillets 43 et 44.