Michel Floréal PhotoChasles : la famille.

Michel Floréal Chasles : un neveu trop crédule ?

Aujourd’hui mardi 17 mars 2015, Vincent Charpentier dans son émission hebdomadaire, le salon noir, recevait Gérard Coulon[1] pour son dernier ouvrage consacré à Vrain Lucas (Signé Vrain Lucas ! : La véritable histoire d'un incroyable faussaire. Paris : Editions Errance, 2015.  Collection « Le cabinet du naturaliste »).

Le nommé Vrain Lucas, originaire d’un village proche de Châteaudun, vendit plus de vingt-sept mille fausses lettres au célèbre mathématicien Michel  Floréal Chasles ( il abondonna rapidement son second prénom trop révolutionnaire ). Des autographes aussi farfelus que puérils, avec des signatures célébrissimes : Pascal, Newton, Charlemagne, Shakespeare, Jeanne d'Arc, Rabelais, Galilée, César, Vercingétorix, Alexandre le Grand, Cléopâtre, Platon, Virgile, saint Pierre, Lazare le ressuscité, Marie-Madeleine ou Ponce Pilate... Le tout écrit sur papier en vieux français ! Un incroyable canular !!! qui déboucha sur une polémique européenne et un procès retentissant.

Le mathématicien ( la relation de Chasles très connus de tous les collégiens ayant eu à plancher sur des devoirs de géométrie ), membre de l’académie des sciences n’est autre que le propre neveu du Conventionnel Chasles dont nous étudions la biographie ici. Comment un esprit éclairé, un homme que l’on décrit comme fondamentalement bon, a-t-il pu se faire escroquer des sommes considérables par un faussaire de la trempe de Vrain Lucas ? Il y a sans doute, le fait qu’ils étaient « pays », Michel Chasles étant originaire d’Epernon, mais surtout nous indique Gérard Coulon il était inconsciemment « complice ». Le personnage était profondément antibritannique, voire un peu chauvin, et il semble bien que son soucis principal était de démontrer «  la supériorité » des Français, voire des Gaulois, sur les habitants de la perfide Albion dont les scientifiques ( surtout Newton ) avaient dépouillé le génie français de façon éhontée.

L’affaire déboucha sur une polémique européenne et un procès retentissant, Michel Chasles accusant le faussaire, de ne pas vouloir lui livrer les quelques milliers de lettres qu’il lui avait «  commandées »  ou que Vrain Lucas lui avait promises. Le tout finit  dans un grand éclat de rire tant en France que surtout au Royaume uni. Le faussaire écopant de seulement deux ou trois de prisons. Quant à Michel Chasles, il continua d’être honoré comme le grand «  savant » qu’il était … dans son domaine de compétence la géométrie. 

Ecouter l'émission ( 27 min ) ici.

 

Un ouvrage à lire :

Signé Vrain Lucas


[1] Gérard Coulon est conservateur en chef honoraire du patrimoine et ancien directeur du Service des monuments départementaux, musées et maisons d'écrivains de la Touraine.