Pinceloup de Morrissure[1] fils.

 

Morrissure Coudreceau

 

Fils de Emmanuel – Antoine Pinceloup de Morrissure qui fut « maire »[2] de Nogent – le –Rotrou du 14 octobre 1770 à juillet 1782 et s’honorait du titre d’écuyer. Le fils fut auditeur à la cour des comptes de Rouen.

Au tout début de la révolution, celui – ci occupa le poste de procureur de la commune de Nogent du 14 juillet 1789 au 20 novembre 1790.

Il était membre, aux côtés de Guérroult des Chabottières, du bureau d’administration de l’Hôtel – Dieu de Nogent – le –Rotrou en 1791 au moment des «affrontements avec Chasles.

En novembre 1790, il fut élu juge du tribunal du district, tribunal où il côtoya  son ami Guérroult des Chabottières qui y siégeait comme commissaire du roi et sans doute brièvement Giroust avant que ce dernier ne fût élu député. Il occupa cette place de juge jusqu’à ce qu’il en fût destitué par le représentant du peuple en mission, Thirion, le 5 frimaire an II ( 25 novembre 1793 ).

Le 18 floréal an III ( 7 mai 1795 ), le représentant en mission Bernier le nommait, par arrêté, juge de paix du canton de Nogent – intra – muros, poste où il remplaçait un certain Bruneau que Bernier destituait dans le même arrêté.



[1] Le château de la Morrissure est situé sur la commune de Coudreceau.

[2] L’édit royal de 1692 abrogea les fonctions de magistrats élus, dans les villes furent  créés des charges de maire et d’assesseurs en remplacement des syndics désignés  auparavant par les assemblées d’habitants. De nouveaux édits en 1764 et 1765 remplacèrent ce procédé en établissant un maire désigné par le roi parmi trois candidats proposés. L’administration municipale fut sous le contrôle de l’intendant jusqu’à la Révolution.