Municipalité de Nogent

1. Du 14 octobre 1770 à juillet 1782 :

Maire : Emmanuel – Antoine Pinceloup – de - Morrissure père, écuyer.

 

2. De juillet 1782 au 20 décembre 1789 :

Maire : Jacques – Gabriel Guérroult – des - Chabottières.

 

3. Du 20 décembre 1789 au 20 novembre 1790 :

Nous n’avons pas retrouvé de traces de la nomination de la première administration municipale de Nogent, ni aux archives Départementales d’Eure-et-Loir, ni aux archives municipales de Nogent, nous pouvons cependant reconstituer sa composition  grâce aux registres des délibérations municipales.

Maire : place vacante, Gouhier, 1er officier municipal fait fonction de maire 

Procureur : Emmanuel – Antoine Pinceloup – de - Morrissure fils ; dès le 20 septembre il ne siège plus et est remplacé par Baugard[1].

Officiers municipaux :

-       Mourreau.

-       Brunet.

-       Guimonneau

-       Proust fils.

-       Ménager qui démissionne le 20 septembre 1790 pour des raisons professionnelles : « […] mes affaires ne me permettent pas d’accepter la place d’officier municipal […] »[2].

Notables :

-       G. Petitbon qui apparaît dans les délibération municipale comme officier municipal dès le 23 septembre 1790.

-       Fr Gallet fils ( même remarque que pour Petitbon ).

Fauveau ( un autre que le secrétaire greffier qui se nomme également Fauveau les signatures en attestent, celle du notable étant manifestement peu assurée ).

-       Jallon.

-       L. Ferré.

-       Nion.

-       Dagneau.

-       Fortin.

-       Bacle.

-       Manchon ( ? orthographe incertaine ).

 

La loi du 14 décembre 1789, sur la formation des municipalités ordonnait, dans son article XLII, le renouvellement des officiers municipaux et des notables par moitié chaque année, les  sortants devant être désignés par tirage au sort. Dans sa séance du 14 novembre 1790, la municipalité de Nogent procéda à ce tirage au sort :  les officiers municipaux avaient ordonné « […] au Secrétaire greffier de ladite municipalité de mettre huit billets dans un chapeau, Sçavoir quatre blancs et quatre noirs, en déterminant que les officiers qui prendroient dans ledit chapeau destiné à la reception desdits billets les noirs, seroient ceux qui Se trouveroient devetus de la place d'officier municipal et que ceux qui prendroient les blancs Seroient continués dans l'exercice de leur fonction, conformément au prescrit de la loi, ce part effet du Sort M.M. Mourrau, Brunet, Guimonneau, Petitbon, ont pris quatre billets noirs pourquoy ils sont déclarés devoir cesser toutes fonctions municipales, en Suivant la convention faite entre lesdits officiers municipaux que ceux qui tireroient des billets blancs seroient continués dans leurs fonctions, et que ceux qui en prendroient des noirs seroient devetus de leurs commissions municipales.

Et à l'instant le corps municipal à delegué M.M. Gouhier et Baugard pour présider aux assemblées primaires qui doivent Se tenir pour le renouvellement de la municipalité, et le complément de Son corps et ont tous signé avec le Secrétaire greffier dont acte.»[3]

Il n’y eut pas de tirage au sort pour les notables qui n’étaient qu’au nombre de 9, alors qu’ils auraient dû être le double.

 

4. Du 21 novembre 1790 au 13 novembre 1791 :

Maire : J. Crochard, 56 ans, profession inconnue.

Procureur : Lequette, 30 ans, marchand à Nogent – le – Rotrou. Il occupera cette place durant toute la période révolutionnaire : Thirion le maintiendra à son poste (dénommé alors Agent national ) le 5 frimaire an II, Bernier fera de même en floréal an III.

Officiers municipaux :

-   Jacques Marguerith, orfèvre à Nogent – le – Rotrou, futur membre de la société populaire de cette ville.

-  H. Vasseur, maître des postes à Nogent – le – Rotrou, beau – frère de Giroust ( futur député à la Convention ), futur maire de Nogent.

- P. Piau, démissionnera le 22 janvier 1791.

-  J. J. Beaudoin, officier municipal, apothicaire à Nogent – le – Rotrou.

-  Gabriel Salmon, fabricant à Nogent – le – Rotrou.

-  Baugard ( maintenu ), fabricant.

- Gouhier ( maintenu ), qui démissionne le 27 décembre 1790 alléguant de son âge.

- Proust fils ( maintenu ).

- Gallet fils ( maintenu ).

Notables

-  Gabriel Salmon, fabricant à Nogent.

- Georges Ferret ( ou Ferré ), fabricant à Nogent.

-  J. Manceau, idem  .

- Jean Ferré.

- Barthélémy Quatranvaux le jeune, propriétaire.

- J.-Fr. Rigot Geslain, propriétaire.

- Cl. Marin Noblet, aubergiste.

- André Jallon, fabricant.

- Brunet ( ancien officier municipal), fabricant.

- Dagneau ( maintenu ?), praticien.

Cette liste de notables entre en contradiction avec la délibération municipale en date du 14 novembre précisant que les 9 notables devaient être maintenus, auquel cas la liste des notables issue du renouvellement auraient dû compter 18 noms : 9 nouveaux élus, ce qui est bien le cas, et 9 maintenus, or seul Dagneau semble avoir été maintenu !

 

5. Du 14 novembre 1791 au 3 décembre 1792 : 

Maire : Chasles.

Procureur : Lequette.

Officiers municipaux : Jq. Marguerith, orfèvre. 

Les autres officiers municipaux et les notables nous sont inconnus.

 

6. Du 3 décembre 1792 au 12 septembre 1794 :

Maire : H. Vasseur, maître des postes.

Procureur : Lequette.

Officiers municipaux :

- J. J. Beaudoin, apothicaire.

- F. Beaugard, fabricant à Nogent – le – Rotrou. Il meurt en cours de mandat et sera remplacé par Beaugas - l’aîné, 1er notable.

- Petit Bon, salpêtrier.

- Lalouette, fabricant à Nogent – le – Rotrou.

-  Sortais, épicier. Membre du directoire du district du 14 mars 1791 à novembre 1792.

- Hubert, menuisier.

- Jallon – Ferré, fabricant à Nogent – le – Rotrou.

-  Gouhier, refuse ce poste. Il est remplacé par Chevrel qui sera destitué le 5 frimaire an II et remplacé par Védié. 

Notables :

- Beaugas – l’aîné, devient officiers municipal le 28 brumaire an II. En floréal an III, il sera destitué par Bernier.

- Tarenne, apothicaire.

-  Roger Le Comte, 

-  Rigot – Geslain, fabricant à Nogent – le – Rotrou.

- Ferré – Jallon, fabricant à Nogent – le – Rotrou.

- Dambreville, négociant.

- Beuzelin,  Destitué par Bernier le 18 floréal an III.

- Fortin – l’aîné, teinturier.

- Meauté de la Chennelière, laboureur.

- Beaugard – Brunet, fabricant à Nogent – le – Rotrou.

-  Védié, apprêteur. Devient officier municipal le 5 frimaire an II. Il est remplacé par Caget.

- André Jallon, fabricant à Nogent – le – Rotrou.

-  Gabriel Salmon, fabricant à Nogent – le – Rotrou.

-  G. Ferré, fabricant à Nogent – le – Rotrou. Démissionne ( date ? ) est remplacé par Fouquet – fils – l’aîné le 5 frimaire an II.

-  Cherreau, fripier.

-  Grenade, menuisier. Membre de la Société Patriotique de Nogent – le – Rotrou. Destitué par Bernier le 18 floréal an III.

-  Joubert, armurier. Destitué par Bernier le 18 floréal an III.

- Renoust – L’Heureux.

- Palatres, nommé par arrêté du représentant du peuple en mission, Bentabole, le 25 pluviôse an II.

- Boizard, tanneur, nommé par arrêté du représentant du peuple en mission, Bentabole, le 25 pluviôse an II.

 

Du 12 septembre 1794 à mai 1795 :

Maire : place vacante, G. Petit Bon, 1er officier municipal en fait fonction.

 

7. Le 18 floréal an III :

Le représentant du peuple en mission, Bernier, épure les autorités constituées du district de Nogent – le – Rotrou.

« […]

Considérant que le régime de la terreur et de sang sous lequel la France a gémi pendant quinze mois, a été pratiqué, plus particulièrement dans la commune de Nogent – le – Rotrou.

Considérant qu’un grand nombre de fonctionnaires publics de cette commune et même du district, est désigné pour avoir favorisé ce régime, dont ils se sont rendus les principaux artisans.

Considérant que la justice nous fait un devoir de distinguer, dans ces fonctionnaires ceux que leur faiblesse et leur inaptitude, ont plongé dans l’âbime, des individus qui ont abusé de leur capacité et de leurs talents pour servir activement les projets coupables des inventeurs du système monstrueux, […][4]».

La nouvelle municipalité était ainsi constituée :

Maire :  Fergon – Travers, propriétaire.

Agent national :  toujours Lequette. 

Officiers municipaux :

- Desnoyer, notaire.

- Marc – Heppe, épicier.

- Goislard fils, propriétaire.

- Salmon, fabricant à Nogent – le – Rotrou, ex – notable.

- Jallon – l’aîné, fabricant à Nogent – le – Rotrou.

- Bourain, marchand.

- Chevrel, teinturier. Il fut destitué par Thirion, le 5 frimaire an II.

- Malgrange, notaire.

Notables :

- Bessirard – de – la – Touche, négociant.

- Fr. Leboucq, fabricant.

- Alexandre Bourdeau, négociant.

- Bisson, chirurgien.

- Goust père, tourneur.

- Ferré – Jallon, fabricant, ex – notable.

-  Meauté, laboureur, ex – notable.

- Ferré – Bacle, marchand.

- Denne Montigni, propriétaire. Il fit partie du bureau d’administration de l’Hôtel – Dieu de Nogent qui s’opposa à Chasles.

- Moreau, aubergiste.

- Boizard, tanneur, ex – notable.

- Deshayes Mallet, marchand.

- Noblet, aubergiste, ancien notable du 21 novembre 1790 au 13 novembre 1791.

- Presseau, propriétaire.

- Prudent père, coutelier.

- André Jallon, fabricant, ex – notable.

- J. Renoust, laboureur.


[1] Voir aux archives municipales de Nogent le registre 1 D1 premier registre de délibérations municipales conservé.

[2] Archives Municipales de Nogent, 1D1 premier feuillet.

[3] A.M. Nogent, 1D1 seizième et dix-septième feuillets.

[4] A. D. Eure – et – Loir, L ; 155 ancienne côte, L 1179 nouvelle côte, séance du 23 floréal an III