Juillet 1791Le samedi 9 juillet 1791, Guéroult l’aîné portait plainte auprès de la municipalité et lui demandait d’assurer la protection de ses biens et de sa personne. Il nous semble que cette plainte est à mettre en relation avec la démarche de la Société des Jacobins de Nogent en date du 4 juillet 1791 : 91_07_09

« aujoud’hui neuF juillet dans L’aSsemblée du Corps municipal est. Comparu   Le Sieur Gueroult L’ainé CommiSsaire du roÿ qui a dit qu’ayant été menacé dans Sa proprieté et Sa personne et Comme Cytoÿen etant Sous la protection de la Loi il venoit faire Sa declaration au Corps municipal en le priant de vouloir bien prendre Les mesures neceSsaires et que Sa Prudence Lui dictera pour qu’il ne Soit porté atteinte ni a l’une ni a l’autre et a Signé avec notre Secretaire GreFFier

                                 /./ Gueroult des chabottieres

Et Ledit Jour, Le Corps Municipal, ayant prit En Considération L’Exposé de Mondit Sieur Gueroult et attendû qu’en Conformité Des Décrets De L’aSsemblée Nationalle, Les propriétés De Tous Les Citoyens Doivent Estre Sauvees, Et Surveillees a Conclu Et DeciDé Qu’il Séroit Consigné a la Sentinelle De Devant Les Ormes portes Son attention particuliere a Ce que perSonne Ne Troublât En façon Quelconque La propriété DuDit Sieur Gueroult, Ainsît En façon Quelconque La propriété DuDit Sieur Gueroult, Ainsi que Celle de Tout Citoyen, Et Ce D’apres avoir Entendu Le procurueur De La Commune, qui a Signé avec Nous Et Nôtre Greffier dont acte.//

       J. Crochard   baugars

               Maire

Proust     P.re Lequette     J. matgueritH

                  P.r de la C.                                                        Fauveau

                                                                                               S.re »[1]

 


[1] Archives municipales de Nogent-le-Rotrou, 1D1 feuillet 138.