Novembre 1793Le dimanche 3 novembre  1793 ( 13 brumaire II ) la municipalité de Nogent tenait deux délibérations,  au cours de la première elle recevait le receveur du district venu dénoncer la circulation d’un faux assignat de trois cents livres :

«  aujourd’hui treizieme jour du Second mois de la deuxieme année de la république française

En l’assemblée generale du conseil General de la Commune de noGent le rotrou tenue publiquement

Est comparu le citoyen Proust le citoyen receveur General du district qui nous a dit quil avoit eté offert en recette cejourd’hui par le citoyen  tarenne percepteur de la  Commune de Charbonniere un assignat de trois cents livres Serie deuxieme E n.° 8932 lequel assiGnat ledit receveur a reconnu faux a raison de ce que dans la cinquieme ligne le mot trois precedent celui de cent est composé de lettres inegales et que dans la derniere liGne au mot trois cent il manque apès le mot cent un S[1]. le present depot fait conformement a la loy pour etre envoyé a la verification et etre Statué par la tresorerie nationale le bien ou le mal arreté du present assignat SiGné tarenne percepteur, proust receveur du district de nogent pierre lequette procureur  de la commune   roger Le comte.

Declarant ledit tarenne percepteur avoir recu l’assiGnat ci-dessus desiGné du cit. Boudet : et ledit cit. Boudet declare l’avoir recu du cit. pelletier fermier de la miardiere paroisse de Charbonniere : et ont les dits comparans Signés avec nous et notre greffier deux mots rayés nuls.

Proust                                   Tarenne percepteur

Tison

   S. »[2]

  • Puis dans sa seconde délibération, elle recevait et approuvait la demande du citoyen Granier de mettre en vente de façon exceptionnelle six poinçons[3] de vin :

«  Et ledit jour dans ladite assemblée est comparu le citoyen Granier voiturier domicilié En cette commune lequel nous a declaré avoir Ches lui la quantité de Six poincons de vin qui lui Sont arrivé mardy dernier Et qu’il declare vouloir vendre au detail et a de nous requis acte de la presente Sa declaration et a Signé avec nous.

Garnier    Beaugas lainé    VaSseur   Hubert Beuzelin

Tarenne       Tison               Maire    J Sortais

                                        Regnoust    Rigot »[4]



[1]  Le secrétaire de la municipalité fait la même  fôte !

[2]       A. M. Nogent – le – Rotrou 1 D 2, feuillets 117  verso et 118 recto.

[3]  Dans l’orléanais un poinçon de vin correspondait à 225 litres, 228 à Blois,

[4]          A. M. Nogent – le – Rotrou 1 D 2, feuillet 118 recto.

Enregistrer