garde national 1Ce dimanche, le comité de sûreté de Mamers arrêtait que les citoyens non membres de la garde nationale faute de pouvoir payer les armes et l’uniforme, seraient incorporés et armés aux frais de la municipalité et dispensés de fournir l’uniforme. Pour cela, ces derniers devaient se présenter sur la place des Grouas à 12 heures 30 puis assister au Te Deum prévus après les vêpres et prêter le serment exigé  par le décret de l’assemblée nationale. Puis décision était prise d’inviter les municipalités voisines à former avec la ville de Mamers une sorte de fédération destinée à assurer la sûreté, alors que le mouvement de mise en place des fêtes fédératives ne commença qu’au printemps 1790 pour culminer à la fête du 14 juillet à Paris.

«  13.e

Aujourd’huY Sixiéme Septembre mil Sept Cent quatre vingt neuf.

[ mots surchargés et  raturés : Devant Nous ] aSsemblée du comité de Sureté de L hôtel de ville a été faitte.

A laquelle a été représenté par M.r Le maire que diffèrentes personnes qui ne Sont pas comprises dans Le nombre des Soldats de la milice nationale desireroient S’Y incorporer ; mais qu’ils Sont arrestés Soit par le defaut d’arme, ou d’aisance pour Se procurer des uniformes ; qu’il croit que pour Seconder le zêle et le patriotisme de tous les citoiens Sans distinction de rang et de condition ; il Seroit bon de faire annoncer à L’instant par Le tambour ordinaire que tous les habitants qui ne Sont point encore enrolès dans les compagnies euSsent à Se trouver aujourd’huY aprés midy Sur la place des grouas pour aller ensuite à la cérémonie du te deum et prèter avec les autres Soldats le Serment prescrit par l’ordonnance du 14 aoust dernier et du décret de L’aSSemblée nationale du 10 du même mois ; et S’engager les uns et les autres à Se présenter avec toute la décence qu’exige cette cérémonie ; en les prévenant que le défaut d’armes ou de facultés pour Se procurer des uniformes ne doit pas rallentir leur Zêle, et que le comité prendra des mesures et des précautions pour leur faire avoir des armes et ne forcera personne à prendre L’uniforme

A été en outre représenté, que pour répondre aux Vües de L’assemblée nationale, il Seroit de L’interest de la ville d’etablir entre elle et Les paroisses de Son arrondissement une espéce de confédération et de correspondre pour Se prèter mutuellement Secours dans Les besoins respectifs ; qu’on pourroit même Les inviter Leurs habitants à S’incorporer dans La milice de la ville S ils le jugeroient à propos Sans cependant les aSSujettir au Service Journallier, mais du moins Se mettre à portée dans les cas de besoins et au premier Signal de porter du Secours Soit à la ville ou autres parroisses qui Seroient en danger.

La matiere mise en délibération les membres

[ en marge gauche vers le haut du feuillet 13 recto :

N° 232

Pour la milice

nationale ]

Du comité ont été d’avis et ont arresté unanimement qu’il Sera à l’instant et après midy publié une ordonnance par le tambour ordinaire pour inviter tous les habitants Sans aucune distinction qui ne Sont pas compris dans le corps de la milice nationale et qui desireroient S’Y incorporer de Se trouver aujourd’huY à midy et demy Sur la place des groüas pour aller ensuite à la cérémonie du te deum et preter Le Serment prescrit par L arresté et L’ordonnance Sus datés, de les engager à Se présenter avec toute la décence convenable, et de le prévenir que le defaut d armes ne doit pas rallentir Leur Zêle parce que le comité prendra des mesures pour Leur en procurer dans la Suite ; que d’ailleurs on ne forcera personne de prendre L’uniforme et qu’on laisse Sur ce point toute liberté auX citoiens.

Sur le Second obJet qu’ils croient très intéressant pour La Sureté commune de tous les habitants d’etablir une correspondance et une liaison étroitte avec les parroisses Voisinnes, et de leur offrir Les Secours dont ils pourroient avoir besoin, et que Si Quelques habitants de ces parroisses desireroient Se Joindre á notre milice et même S’Y incorporer, Sans cependant être astreints au Service Journallier de la Garde, on les recevoit avec empressement ; et que pour cet effet il Sera addressé une lettre circulaire á toutes les municipalités des parroisses de notre l’arrondissement de la ville pour Les inviter a former avec elle une confédération aussi avantageuse.

Fait et arresté  En L’audience du Baillage Lieu ordinaire des assemblées de L’hôtel de ville  les Jour et an que deSSus. Quatre mots raiés nuls approuves     

                                                                                                              Frebourg

 Luce de rocquemont   Sergent    denis dehais

Bouteveille     Homé     Monthulé

Petithomme pere    aBot    

Groüasé    Boulanger     Maignée

                                          maire»[1]

Le feuillet 14 du registre des délibérations du comité de sûreté de Mamers contient le procès-verbal de la cérémonie de prestation de serment arrêtée le 4 septembre, prestation se déroulant en l’absence du détachement de dragons en stationnement dans la ville ainsi que de la maréchaussée :

89-09-06 Mamersjpg

«  14.e

Aujourd’huY Sixiéme Septembre mil Sept Cent quatre vingt neuf.

Devant nous Maire et autres officiers MunicipauX du Comité Et du Comité de Sureté de la ville de Mamers

Sont Comparus Sur La place des Grouas de la même Villes a La tete de leurs Compagnies Respectives M M  assemblées et Sous les armes M. M. de Frebourg Lainé, Chevallier de l’ordre Royal et Militaire de S.t Loüis Chevallier de l’ordre Royal et Militaire de S.t Loüis Commandant, Lair Medecin, Lieutenant Colonel, PelisSon de Gennes, Bailly du Sonnois, Major ; Ygnard de la Gombaudiere et du Bois + [ rajout en entreligne : av.ts ] aides Majors Cheneviere + [ rajout en entreligne : Md ] Sergent Major ## ,[ rajout plus bas : Hardouin Desno et Boulanger premier et Second portent Drapeaux ],  Bourlier Marchand, Capitaine En pied , François Petithomme Capitaine en Second + [ rajout plus bas : Beauté Verdrie Lieutenant en pied, Julien Petithomme Lieutenant en Second ] pour La premiere CompaGnie ; pour La Seconde CompaGnie Mausay Capitaine en  pied,Dureau de la BuSardiere Capitaine en Second, #  [ rajout plus bas : Riviere Lieutenant en pied, Regnoust Masniere Lieutenant en Second ] pour La troisieme CompaGnie BoisthierY de Chahanay Capitaine en pied, Lanos Fils Capitaine en Second #f, [ rajout plus bas : Denis Fils Lieutenant en pied et Triger Fils Lieutenant en Second ] pour  La Quatriéme CompaGnie De frebourg des motés Capitaine en  piedChevallier  de L’ordre Royal et Militaire de S.t Loüis Capitaine en pied , Hardouin notaire Capitaine en Second, 10 [ rajout plus bas : Pathot Lieutenant en pied Le Maire Lieutenant en Second ] pour cinquiéme CompaGnie Le Proust des ageux Lieutenant de Robbe LonGue Capitaine en pied   Regnoust Du chesnaY Capitaine en Second, Lieutenant en pied  Chartrain Fils, Lieutenant en Second Duprey avocat. Pour Sixiéme et derniere CompaGnie, Dureau Lainé Capitaine en pied, Le Camusat Capitaine en Second, Odillard Poellé Lieutenant en pied et Dubois orfevre Lieutenant en Second.[ Une demie ligne rayée illisible ]

[ en marge gauche vers le haut du feuillet 14 recto :

N° 23

Prestation de

Serment ]

Lesquels en Execution de L’ordonnance du RoY du du décret de L’assemblée nationalle du diX aoust d.er Et de L’ordonnance du Roy du quatorze Suivant pour Le prestation de Serment de la part de la Milice  Nationalle + [ rajout en fin de p v : + des Marechaussée ] et des troupes Reglées ont affirmés et Juré aprés le Serment d’euX pris de rester Fidelle à La nation au RoY et à La LoY Et de ne jamais Employer ceuX qui Seront à Leurs ordres Contre les citoYens S’ils n’en Sont requis par Les officiers Civils ou Les officiers MunicipauX et de Suitte tous les Soldats ont Jurés en nôtre présence et entre Les Mains de M. M. Leurs officiers Respectifs de ne Jamais abandonner Leurs drapeaux d’estre Fidelles à La nation, au RoY Et à La LoY et Se conformer auX Regles de la discipline Militaire. Lesquels Serments ont eté prestés par M.M. Les officiers Et Les Soldats Etant Sous Les armes Et au Sortir du Te Deum qui a eté Chanté dans L’Église de nôtre dame à l’Yssue des vespres paroissialles, C’est pourquoy nous avons dressé Le présent Sur la place des Grouas de la ville de Mamers et ont M.M. Les officiers Sus etablis Signés avec nous et notre Secr Le S.r Renard nôtre Secretaire Greffier

RaYés quatorze mots comme nuls                      Frébourg, chev/

                                                                               de st Loüis

                                                                             commandant la

                                                                            milice nationalle

                Lair                                                  Pelisson de gennes

           Lieutenant                                                    major

              colonel

Le proust Desageux                             Frebourg       Boulangers

          DuBois

de Boisthierry                      Duprey                      Ignard

Lanos Fils Capitaine en segond    Hardoüin desno     Pathot  Lieutenant

                                                                                          en seCond

Bourlier             petithomme                          P Beauté

Petit’homme Fils   Dureau   dubois Triger

Le Camusat   MauSay   Denis  Lemaire

Fr goullette  Viellajeux    Homé

denis dehais    Groüasé    aBot      p  Aveline

Sergent           Perrotte

j Gaulard          Vicaire

Bouteveille           Maignée

                               maire

                                  Renard

                              Secr.e  G.er »[2]



[1]       AD 72 1MI 1343 ( R 130) – 110 AC 9, 11, 12 et  13.

[2]       AD 72 1MI 1343 ( R 130) – 110 AC 9, 11, 12 et  13.