Le mardi 29 septembre 1789, les nouveaux membres du comité de sûreté de la ville arrêtaient de faire escorter un convoi de blés et farines qui devait traverser la ville pour ravitailler Alençon.

89-09-29 à Mamers

«[ en marge gauche au milieu du feuillet 24 verso :

248

Pour passage de

Bleds pour Alençon ]

Aujourd’huY  Vingt  neuviéme d’Aoust de  Septembre mil Sept cent quatre VinGt neuf.

Assemblée du Comité de Sureté de L’hôtel de ville de Mamers a eté Faitte, à la quelle a été représenté par M. Le Maire président du Comité, que la Disette, qui S’est fait Sentir ; depuis quelque temps dans la ville d’alençon, et que les travaux actuels de la Campagne, occasionnent encore dans ce moment auroit dèterminé, M M. Les Membres du Comité de led.e  ville, de recourir, aux provinces, où la Récolte a ètè plus abondante, pour Se procurer les aprovisionnemens nécessaires pour la Subsistance de Leurs ConcYtoyens, qu’en conséquence, ils auroient dèputès, plusieurs de leurs Membres, pour Se transporter en la ville de Chartres, et aûtres circonvoisines, pour y achetter des grains ou farines, que ces convois devant pâsser par la ville de Mamers, et Etant naturel de les protéger, d’après la lettre, qu’ils ont Ecritte, au Comité, et les offres, généreuses qu ils ont fait, de les partager avec la ditte ville de Mamers au cas qu’elle en eût besoin, il Etoit indispensable, le comité, devoit Saisir cette circonstance pour leur donner des preuves, de leur attachement, et de leur fraternité, décrète, qu’il Seroit pris, dans Chaque compagnie, de la Garde Nationale, un détachement pour protéger ce convoy, et de déterminer Le nombre des # Soldats [ rajout enmarge : # volontaires ], qu’il Sera pris dans Chaque compagnie, d’arèter en même temps, que pour donner, de plus en plus des tèmoignages de leur reconnoissance, et du desir de Maintenir L’union entre les villes d’alençon et de Mamers, d’envoyer quil Seroit envoyé, à Messieurs, les membres du conseil de la ditte ville d’alençon

25.e

autant du présent arrêté, et qu’on les prieroit de vouloir bien, Le consigner dans leurs Registres ; Surquoy la Matiere mise en délibération, les Membres du comité ; ont èté d’avis, de Saisir avec empressement la circonstance actuelle de donner des preuves de leur fraternité et de leur attachement ; à tous les habittans de la ville d’alençon, et particulièrement à Messieurs du Comité, et qu’à cet éffet il Sera pris dix hommes par Compagnie, pour leur Servir de garde d’honneur, qui ira au devant d’eux Jusqu’à la Séparation du Maine avec le perche, et les reconduira Jusqu’à l’arche ???, que ce Dètachement Sera commandé, par deux Capitaines, deux lieutenants, deux Sergents et caporaux, Seront compris, dans les dix hommes pris par compagnie, référant à M M. les commandants de la garde nationale de les Choisir, comme ils le Jugeront à propos, à l’effet de quoy, le présent leur Sera communiqué # [ rajout en fin de délibération : # qu’en même temps, il Sera Ecrit, 0 M M. du comité d’alençon pour les prier, de faire inscrire le présent Sur leurs ReGistres, et en oûtre de vouloir bien ]. fait et arrêté, en l’audience du Baillage, lieu ordinaire du comité, les Jour et an que dessus.

                Le Proust desageux   Levassyer Cailliere prestre

Petithomme pere                         Dureau

Peuvret      p aveline     L. abot      dubois

odillard   J Guitrel Lainés     pierre Fleur   Lair

Bouteveille        P Chauvin          j mulots

  Paris     Le Camusat        Le Balleur   Malé

Hardoüin desnos           Bremont   Maignée

                                                        Maire

                                                  Renard

                                                 S.cre G.er »[1]

89-09-29

 


[1]  AD72 1MI 1343 ( R 130) – 110 AC 9, 11, 12 et 13.

Enregistrer