De la représentation parlementaire :

« Comme il est dans la nature des choses que les hommes préfèrent leur intérêt personnel à l’intérêt public, lorsqu’ils peuvent le faire impunément, il s’ensuit que le peuple est opprimé toutes les fois que ses mandataires sont absolument indépendants de lui.  Si la nation n’a point encore recueilli les fruits de la Révolution, si des intrigants ont remplacés d’autres intrigants, si une tyrannie légale semble avoir succédé à l’ancien despotisme, n’en cherchez point ailleurs la cause que dans le privilège que se sont arrogés les mandataires du peuple de se jouer impunément des droits de ceux qu’ils  ont caressé bassement pendant les élections.»[1]  

Lire l'original sur Gallica

28 défenseur de la Constitution



[1] Robespierre. Le Défenseur de la Constitution. n°11.