Le samedi 13 novembre 1790, la municipalité de Mamers recevait la démission du sieur Tréboil de son poste d’officier municipal, démission dont les justifications ressemblaient fortement à celles avancées, le 12 novembre 1790, par le sieur Odillard procureur de la commune (voir ici).

Peut-on y voir une prise de distances avec le cours des événements en ce début d’année 1790 ? Ce n’est pas absolument impossible, d’autant que lors du tirage au sort des élus sortants le Procureur de la commune avait émis des réserves (voir la première délibération de la séance du 12 novembre 1790 :) et que cette démission du sieur Tréboil fut immédiatement suivie de celles des sieurs Jullien et Dubois de leur fonctions respectives d’officier municipal et de notable de la municipalité. D’autant que ces démissions auraient pu être présentées avant ledit tirage au sort, le choix dans la date n’était peut-être pas fortuit, en effet il obligeait les électeurs à choisir non pas 4 nouveaux officiers municipaux mais 6 et 10 notables au lieu de 9 ; rappelons d’autre part que le sieur Odillard, procureur de la commune, avait clairement formulé lors de sa démission que le seul poste que l’on pourrait lui confier était celui de maire et que même dans ce cas il en démissionnait par anticipation (voir ici). De plus, le sieur Tréboil conservait sans doute quelques rancœurs liées aux difficultés rencontrées au moment de la vérification des comptes qu’il avait présenté de sa gestion des deniers de la municipalité (voir la séance du 7 octobre 1790 par ici ou encore celle du 12 septembre 1790 par là).

«Cent treiz.e

 [En marge en haut du feuillet :

    153

DémiSsion]

Je Soussigné François Loüis Treboil notaire Royal à mamers et officier MuniciPal, declarePar LePrésent à Messieurs Les Maire etofficiers MuniciPauX de Lamême ville donner mademisSion Comme en effet je Ladonne de La Place d’officier MuniciPal vuqu’il y a diXans que JeSuis endifférentes Places deLa MuniciPalité et qu’il est juste que Chacundes Citoyens deLamême ville Passent à Leurtour et qu’ils Profitent dumême honneur et que d’ailleurs jeSuis membre  duBureau dePaiX et de Conciliation et qu’etant attaqué delaGoutte jl est naturelque j’ayes unPeu de RePos, enfoydequoy jay Signé le Présent ; à Mamers ce treize novembre mil SePt Cent quatrevingt dix Treboil»[1] 

90-11-13 Delib 1 vue 1

                                                                               

 



[1] AD72 1MI 1343 (R129).