5. La Convention thermidorienne et le directoire.

5.1. Annexions et Républiques sœurs.

Le 17 septembre 1794, Kléber débute le siège de Maëstricht et le 23 du même mois, Jourdan prend Aix-la-Chapelle. Le 14 décembre Kléber assiège Mayence.

Le 10 octobre 1794, la Convention décide de faire envahir la Hollande. L'offensive d'hiver est rapide.

Le 3 février 1795, la République batave est proclamée, c'est le début des Républiques sœurs.  Le 16 mai 1795 un traité de paix draconien est imposé à la République batave portant la frontière française sur la Meuse et le Rhin. 

Guère épais 18-1 république batave

guère épais 18-2 drapeau république batave

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Prusse signe, à Bâle, le 5 avril 1795 un traité de paix avec la République reconnaissant l'annexion par la France de la rive gauche du Rhin qui sera divisée en quatre départements français. Frédéric-Guillaume II n'attendait d'ailleurs que cela pour participer au troisième partage de la Pologne qui allait avoir lieu en octobre 1795.

Le 31 août 1795, la Belgique est découpée en neuf départements puis sera annexée le 1er octobre.

Guère épais 18-3 département belges annexés en 1795

Le directoire poursuivra cette politique de conquêtes et d’annexion, voire de pillage des Républiques sœurs (cas de l’Italie entre autres).

Guère épais 18-4 républiques soeurs et

guère épais 18-5 la France sous l'Empire

5. 2. Justification de cette politique.

Les thermidoriens (d’abord en sourdine puis ouvertement) et les directeurs justifient les annexions en avançant l’intérêt primordial de la France… ou le droit des peuples vainqueurs ! On est passé aux antipodes du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

La mise en place des Républiques sœurs vise à créer un glacis stratégique de protection autour de la France, cependant les intérêts financiers sont énormes pour la France, même si on évoque encore ici ou là la volonté de révolutionner le pays, les constitutions sont souvent imposées par la France. Elles constituent également un terrain où les généraux font leurs classes en matière de coup d’État.

Car les généraux interviennent de plus en plus dans la vie politique française et prennent le goût du pouvoir, l’armée devient de plus en plus une armée de professionnels fidèles à leurs chefs ( les armées de 1794-95 ne verront arrivées de nouveaux contingents qu’avec la loi Jourdan du 5 septembre 1798 ). Chaque armée développe un esprit de corps jaloux des autres armées. Le 18 brumaire an VIII ( 9 novembre 1799 ) clôt provisoirement l’épisode républicain mais pas celui des conquêtes et de la guerre qui se poursuivra jusqu’en 1815 .

Guère épais 18-6 le 18 brumaire

Et après…

Guère épais 18-7 et après