Interdiction des vœux monastiques.

Avant d'instituer la Constitution civile du clergé, dès le 16 février 1790, les vœux monastiques furent interdits, ce qui revenait à supprimer le clergé régulier. Les moines et sœurs désirant quitter leurs maisons devenaient laïcs, les autres étaient réunis dans certaines maisons, seuls les œuvres de charité et d’éducation étaient maintenues.

Ccc 3

Anonyme. "Décret de l’Assemblée nationale qui supprime les ordres religieux et religieuse", 1790, Bibliothèque nationale de France. Sur certaines versions on peut lire au haut de la gravure : « Que ce jour est heureux mes sœurs, oui les doux noms de mère et d’épouse est bien préférable à celui de none, il vous rend tous les droits de la nature ainsi qu’à nous. »