Le 21 septembre 1789 à Mamers :

Le lundi 21 septembre 1789, le comité de sûreté de Mamers arrêtait de faire faire des gardes sur les principales routes de la ville les nuits des lundi, mardi et vendredi,  jours où l’on soupçonnait que des blatiers se rendaient de nuit pour acheter des blés dans les campagnes[1]. Les voitures suspectes devaient être conduites en ville, le comité se réservant le droit de décider ce qu’il appartiendrait. Cependant consignes étaient données de ne pas intercepter des voitures destinées à l’approvisionner des paroisses, seul était visé l’accaparement dans le but de susciter la rareté des grains et la montée de leur prix.

Ensuite, il décidait d’envoyer deux de ses membres à Chartres afin de se procurer des grains en prévision d’une année difficile notamment au moment de la « soudure »[2].

Enfin une troisième et dernière délibération confirme bien l’antagonisme décelée dans la délibération de la veille entre le Lieutenant général de Police, Pélisson de Gennes, et les membres composant le comité de sureté de la ville. Le secrétaire-greffier présentait deux placets visant « á Faire accorder à Mr pelisson de gennes, Bailli et Lieutenant  Général de police à ce SaGe la recompense düe à Son patriotisme et à Son Zéle pour le bien être de Ses  concYtoiens ». Non seulement, le comité se contentait de déposer lesdits placets sans plus, mais il soulignait malignement que beaucoup de signatures figurant aux bas des documents avaient été biffées et que finalement seules deux signatures ne l’étaient pas.

89-09-21 à Mamers

« Aujourdhuy VinGt un Septembre mil Sept cent quatre vinGt neuf.

Assemblée du Comité de Sureté à été Faite à Laquelle à été Representé par plusieurs membres que diFFerentes personnes Se rependent nuitamment dans les campagnes pour enlever les Grains et le transporter dans des endroits ou on soupconne quil Se Fait des accaparements ; que les laboureurs et cultivateurs Se prêtent À Ces manœuvres en vendant clandestinement ces mêmes Grains qu’ils Sont même en quelque Sorte determinès à ces Ventes Secretes, par le PriX considerable qu’on leur en oFFre que la conduite des uns et des autres ne Peut meriter que la plus Serieuse attention puisque elle tend à rendre les Grains beaucoup Plus rares et à en faire AuGmenter le priX ; que pour prevenir les Facheuses consequences qui pouroient S’en suivre et mettre un Frein à la cupidité des blatiers Il Seroit bon d’Etablir un corps de milice nationnale de Cette Ville pour S’apposer auX passaGes les plus Frequentés et arrêter ceuX qui Seroient trouvés Conduisant des grains achetès en Fraude et Contre la teneur des reGlements et determiner l’usaGe qui Sera Fait de ceuX qui Pouroient être arrêtés.

À eté Egallement Répresenté que d’aprés les Instructions et les  renseiGnements qui ont eté pris dans la Beauce Il paroit qu’on pouroit en tirer des Farines à un priX bien moins considerable que  celles des Grains du canton, qu’il Y auroit un  double avantage à prendre ce parti Puisqu`on Seroit  à portée de Faire Faire du pain à un priX modique, Vu les circonstances et que d’ailleurs Ce Seroit le moYen de conserver les Grains recoltés dans le canton Pour le tems ou la  raretè Se Fera Sentir C’ est à dire Vers le tems de la recolte prochaine qu en consequence Il Seroit AvantaGeuX  de dêputer  deuX des membres du comité pour Se  transporter en la Ville de Chartres Pour Y acheter la quantité de Grains ou Farinés qu ils pouroient Se procurer. que pour cet eFFet Ils S’adressassent à M.M. les membres du comité de la ville de  Chartres pour  Favoriser cette acquisition et le convoY qu En Sera Fait.

 La Matiére mis en deliberation les membres du comité ont eté d’avis 1° que pour S’opposer à L’Enlevement Clandestin des Grains qui S’achetent en Fraude dans les Campagnes Il Sera etabli une Garde de la Milice nationnale qui Sera distribuée Sur la Grande route de FresnaY et à L’Embranchement des communications de  Panon et

22.e

[ en marge gauche en haut du feuillet 22 recto :

N° 242

Pour la grand route  ]

Sones et tels autres endroits que le comandant du detachement le JuGera le plus Convenable que Pour cet eFFet M. M. les oFFiciers de l’État MaJor Seront  Instruits du présent arrêté aFin de composer cette Garde Soit par detachement Soit Pãr division de compaGnie et que pour leur prêter main Forte Il Sera donné requisitoire à M. le comandant de la Marechaussée # [ rajout en fin de délibération : # de donner à Chaque Garde trois DraGons et un cavalier de Marechaussée ] que le Service de cette Garde comencera demain au Soir [ il convient sans doute de lire : ce soir ] et Sera continué mardY et Vendredy qui  Sont les jours dont on Soupçonne  que Se commet cette Fraude, que dans le cas de capture la Garde Fera conduire les convoYs en cette Ville pour en être ordonné  par le comité ce qu`il aPPartiendra que la Garde prendra des précautions pour ne pas Intercepter des convois qui Seroient destinés pour l`approvisionnement des Villes bougs et hameaux qui ne peuvent être Compris Sous le nom d’Enlevement Cladestin et S’assurera par les conducteurs des chevauX ou Voitures Si leur Grains ont eté achetés dans les marches et quelle en est la destination.

[ en marge gauche au milieu du feuillet 22 recto :

N° 243

Pour les Farines de

Chartres ]

2° que Sur l’objet des Farines qu`on proposé de Faire venir de la Ville de Chartres les membres du comité ont eté eGallement d’avis qu`il Sera deputé deuX de Ses membres pour Se transporter en la ditte Ville et Y Faire l`acquisition de telle quantité de Grains ou Farines qu`ils croiront necessaire pour l`aprovisionnement de la Ville de mamers que pour cet EFFet Ils contacteront telle obliGation qu` ils croiront la plus avantaGeuse pour le bien et l`avantage des habitants Avec les Fermiers, marchands ou laboureurs et S’obliGeront au nom du comité au payement des achats qu`ils auront fait qu`ils S’adresseront à M. M. les membres du comité de la ville de Chartres Pour Favoriser cette Acquisition et l envoY des Grains Ou Farines qu`ils expediront pour la ville de mamers ;  que pour Favoriser Cette acquisitions qui Interesse esSentiellement le Gènèral des  Habitans Il Sera Fait tel Emprunt que le comité JuGera Necessaire Pour un obJet qui  tend à procurer la Subsistance À Ses concitoYens  qu``il Sera même proposé S’Il est necessaire, À Messieurs les administrateurs de l`hopital à la premiére Assemblée Gènèrale de Seconder des deniers qu``ils peuvent avoir En masse, les vuês du comité à Cet eGard en leur donnant toutes les Assurances pour l’Emprunt qui pouroit être Fait et pour eFFectuer la présente deliberation le comitè à nommé M. M. Maignée Maire Et président du Comité et le Sieur Sergent Maitre Boulanger de cette Ville et L’un des membres du Comité de Sureté pour Se transprter en la dite Ville de Chartres leurs donnant à Cet EFFet tous les pouvoirs dont Ils peuvent avoir besoin.

89-09-21 Montrenault

[ en marge gauche vers le haut du feuillet 22 verso :

N° 244

Depôt de requête

et placet ]

Et À L’Instant le Sieur Renard notre Secrétaire GreFFier nous à presenté un paquet qui lui à eté remis par le nommé Fontaine Sindic de la paroisse de Mont renault[3] Contenant deuX placets ou requêtes une adressée à nos Seigneurs de L’assemblée nationnale et l’autre à MonseiGneur le directeur gènèral des Finances levee [ sic ? ] une lettre missive SiGnée LouviGny En datte du trente un aoust dernier et adresée à M. M. les membres de toutes les municipalités de toutes Ses paroisses du Sonnois ; les dites requêtes tendantes á Faire accorder à Mr pelisson de gennes, Bailli et Lieutenant  Général de police à ce SaGe la recompense düe à Son patriotisme et à Son Zéle pour le bien être de Ses  concYtoiens Au pied desquelles requêtes Se trouvent plusieurs SiGnatures raturées et Seulement celle du SeiGneur de LouviGnY et du Sieur Gautièr Curé de la paroisse de Saint RemY des Monts non raturées desquelles pieces ledit Sieur Renard À requis le comité de Sureté d’ordonner le depôt pour Sa decharGe d’après la charGe qui lui en à eté donnée Par le dit Fontaine et y avoir recours en cas de besoin pourquoi le comité à ordonné le depôt pour Servir de decharge audit Sieur Renard en en Faire tel usaGe qu’il appartiendra.

Fait et arrêté en L’audience du BaillaGe Les Jour et an que dessus lieu ordinaire des assemblées du Comité de Sureté.

Perrotte Vicaire    Frebourg     P. Aveline

Bouteveille    odillard   aBot    Groüasé    Lair

                                                                   m

Boulanger                              Sergent

   Villajeu       denis dehais             Maignée

                                                         Maire

 Luce de rocquemont        Monthulé      Homé        Renard

                                                                                Secr.e  G.er »[4]                                 

   


[1]       A plusieurs reprises, en cet été 1789, il avait été évoqué cette pratique d’achats clandestins de nuit.

[2]       Période qui correspondait, en cas de pénurie de grains, au printemps et au début de l’été, lorsque les  récoltes d’une année précédente déficitaire venaient à épuisement alors que la récolte de l’année en cours n’était pas encore faite.

[3]       Il s’agit de la commune de Saosnes sur laquelle se situe l’église Saint Julien de Montrenault.

[4]             AD72 1MI 1343 ( R 130) – 110 AC 9, 11, 12 et  13.