Le 5 octobre 1789 à Bonnétable : approvisionnement en grains.

Le lundi 5 octobre 1789, le comité provisoire de Bonnétable recevait des députés de celui de Ballon lui proposant de délimiter des zones d’approvisionnement en grain. Proposition acceptée, le comité de Bonnétable s’offrant de contacter les comités des villes voisines pour procéder à cette délimitation. Sans aucun doute conscient que cette mesure pouvait être interprétée comme contraire à la liberté du commerce des grains proclamée par l’assemblée le 29 août 1789, il prenait soin d’assurer qu’en aucun cas il ne souhaitait entraver « […] la liberté de l’importatioN  […] ». Il semble bien que malgré ses promesses le comité de Bonnétable n'ait pas donné suite à sa promesse de s'adresser aux autres comités des villes voisines, nous n'en avons pas trouvé de traces dans les registres des autorités municipales de Mamers.

Signe de contestations des pouvoirs du comité municipal issu des événements de l’été 1789 ou simple prudence ?

Dans une seconde délibération, le comité demandait à deux ex-échevins intégrés à la nouvelle institution municipale s’ils souhaitaient ne former qu’un corps sans arrières pensées. Ce que ces derniers faisaient sans restriction apparemment.

Pour notre part à la question posée ci-dessus nous aurions tendance à choisir la première des alternatives en nous appuyant sur l'exemple de la ville proche de Mamers où des antagonisme entre nouvelles institutions et anciennes se firent rapidement jour ( opposition entre autorités municipales et bailli dans le cas de Mamers ). D'autant qu'à Bonnétable l'ancienne municipalité avait été remplacée par un comité municipal ( intégrant deux anciens échevins ), alors qu'à Mamers l'ancienne municipalité était restée "aux commandes" ( avec cependant des défections ) s'adjoignant un comité de sûreté composé de représentants des corps de métiers et renouvelé tous les mois.

« [ En marge à gauche en haut du feuillet 12 recto :

5. 8.bre.1789.

deliberation

au Sujet des

grains ]

Et Le Cinquiême Jour du mois d’octobre, les Membres du comité assemblés en sa manière accoutumée, Il à eté lû un extrais des reGsitres de deliberation du Comité de BalloN, en date du 30. 7bre d.er presenté par M.M. ManGuiN et DreuX deputés dud. BalloN et après un examen des objets qu’elle Contient il à été decreté que l’on remercirait les Messieurs membres du Comité des Sentimens de Fraternité qu’ils nous Vouent et par Ces presentes on les assurerait d’un pareil retour

1.° qu’on voYait avec reconnaissance leurs bonnes intentions à S’assurer des grains qui peuvent Se trouver dans les Campagnes qui nous entourent éGalement.

2..° qu’on Fera part de leurs ProJets auX Comités Voisins et qu’après leur reponse ; il leur en Sera Communiqué  

3.° qu’il Sera Convenu d’un point de reunioN où deux Commissaires de chaque Comité travailleront de Concert à cet objet interessant qui Consiste á limiter le district qui doit appartenir a chaQue Comité. Ce fait sans entendre Gëner en façoN quelConQue la liberté de l’importatioN des grains qui  seront inventoriés, dans les marchés conformement  au Decret de L’assemblée nationale, sanctionné par Le RoY ; parceque nous declarons que cet inventaire n’a d’autre but que de S’assurer de la quantité de  Grains et d’en empêcher les Ventes Clandestines que Craint Le public, Fait et arrêté Ledit jour et an

Le porquier               H.ri Le Clerc         Edme Villains

      Le Clerc               provost             Lainés

                                    Caget             Lacroix père

                                    Père

Petitbon      Gallois Le jeune           CHéron

          Théophile Le Clerc                 Bordier

              Secretaire

89-10-05

13

[ En marge à gauche en haut du feuillet 13 recto :

5. 8.bre.1789.

Resultat

D’union

Entre les

Membres

Du Comité

Et M.M.

Les anciens

Officiers

Echevins ]

Et Ledĩ. Jour et an, Nous membres de ce comité Municipal Sousignés desirant consolider notre union, en consideration de ce qu’elle est le Resultat du Vœu de tous nós concytoyens commettans Avons priè MM Bôrdier Et petitbon de nous declarer Si en S’incorporant avec nous ils ont intention de ne Former qu’un Seul corps qui ait le droit de représenter lèGalement les habitans de cette Ville et pSSe [ paroisse ], à la quelle interpellation Ces Messieurs Nous ont Repondu quils Covient [ confient ] les droits cy-devant attachés à leurs Commissions d échevins de cette Ville, toutement [ lecture peu assurée ]  confondus dans Ceux de notre dit Comité quˋa La Venir [ sic ] ils Renoncent à les reclamer dans aucune Circonstance et à prétendre [ ??? mot non déchiffrer ] en Particulier et arriére | ? lecture peu assurée] de Nous tous / Ce qui Sera Relatif au comité où Municipalité Ce qui est même chose.

Le porquier       Edme Villain               Monguillon                  

                                                            Ancien Curé

Le Main  Curé de Bonnetable             Caget

                                                                 Père

Theophile Le Clerc               Le Clerc Lavardin           Gouet

Chéron                 Laines                   H.ri   Le Clerc    Provost

Le Clerc             Le More    G Lacroix  père

                                 Bordier                    Petitbon

                          p.er Echevin et R          Conseiller

                                fiscal»[1]

 


[1] AD 72, 1 MI 1343 ( R 222 ).