Le jeudi 15 octobre 1789, le comité de sureté de Mamers entendait le Sieur Lair, un de ses membres, expliquer dans le détail les tentatives d’entraver l’exécution de l’arrêté du comité pris la veille pour mettre sous les armes deux bataillons de la garde nationale de la part du bailli de Mamers, le Sieur Pelisson de Gennes ( et dans une moindre mesure du Colonel de la garde le sieur Frébourg ). Le comité décidait d’en référer à l’assemblée générale convoquée pour le lendemain, 16 octobre, afin d’approuver ou non le règlement militaire. Cet incident confirme l’opposition entre Pélisson de Gennes et les nouvelles autorités municipales que nous avions déjà pu constater ( voir l’article suivants par exemple : http://www.nogentrev.fr/archives/2016/04/22/34622466.html  ).

Sur demande du maire, le comité arrêtait que les dragons en stationnement à Mamers ne pourraient être mobilisés que par une réquisition émanant de lui-même ; ce qui était une façon de « mettre sur la touche » le lieutenant général de police du bailliage, Pélisson de Gennes. Interdiction était faite au maître de la poste aux chevaux de fournir des chevaux sans autorisation du maire. Enfin le sieur Lair était envoyé à Alençon assurer cette municipalité du soutien de celle de Mamers.

89-10-15 Pelisson1« Aujourd’huY  quinZieme d’octobre mil Sept cent quatre vingt neuf.

Le Comité de Sureté de la ville de Mamers assemblé, M. Lair L Un de Ses Membres Et Lieutenant Colonel de la garde nationalle de la ville de Mamers a dit que S’etant Chargé de remettre à M. M. de Frébourg Colonel de la même garde nationale une lettre Ensuitte qui lui aVoit etè Ecritte au nom du Comité et pour Exécuter L’objet de La deliberation du Jour d’hier Il remit eFFectiVement cette Lettre a M. de Frebourg  que celui cY aYant lu cette Lettre le pria de la Communiquer à M. Pelisson de Gennes Major de la garde nationale de Mamers, et qu’après que M. De gennes l’eut lüe, Lui Fit l’observation que cette Lettre n’etoit pas Suffisante, qu’il Falloit un Requisitoire et quelques observations que Le S.r Lair lui ait Faittes disant qu’il étoit préssant de mettre Sous les armes le nombre d’hommes demandé par La lettre qu’il avoit remise à M. de Frébourg

[ En marge gauche au milieu du feuillet 33 verso :

N.° 262.

Dans l’affaire du

Refus d armer partie

de la troupe ]

Cependant mond. S.r De gennes S en tient toujours a demandé un Requisitoire particulier, et qu’enfin M. Dubois aide Major de la même garde trouva que la lettre de M. Maignée Maire et Président du Comité adressée a M. de Frebourg etoit Suffisante et présentoit l’absolüe necessité du nombre d’hommes en armes demandé par La delibération du Comité de Sureté du jour d’hier qu’après une Longue discussion + [ rajout en fin de déposition : + entre ] M M. de Frebourg, De gennes  Dubois Et Lair on S’est determiné a Faire une assemblée des SiX premiers Capitaines ce qui a eté Suggeré par M. De Gennes afin dit-il de Scavoir deuX s’il est bon d’ordonner L’execution de la deliberation et de l’arresté pris dans le Comité de Sureté, et que les Capitaines pour La plus grande partie S’assemblerent chez M. de Frébourg ou Il eut encore de Forts Longues discussions SuGGerées par M. de Gennes et passant ainsi de propositions en propositions on etoit enfin Venu about [ sic ] de lui prouver qu’il etoit necessaire de Commander deux Compagnies outre La garde de la nuit, a quoY M. De Gennes observa encore qu’il etoit Inutille  de les Faire mettre Sous les armes ; mais Seulement de les prévenir et avertir de Se tenir prést pour Le Besoins, disant encore ce qu’a declaré mond. S.r Lair et a Signé./.

deuX mots rayés comme nuls./.    Lair

 

Et a L’Instant M. Le Maire Président des deuX Comités a Réprésenté que dans Les Circonstances  Critiques ou l on Se trouVe Il est essentiel que les Dragons en détachement à Mamers ne Marchent qu’aux instances de La que Sur La Requisition du Comité de Sureté, que d’ailleurs Il est prudent que le Maitre de la poste auX ChevauX de cette Ville ne puisse donner Sans le Consentement du Comité de Sureté des ChevauX de Poste Indistinctement à tous ceuX qui lui en demandent Surtout lorsqu’ils Sont Inconnus ;

Que d’un autre costé Il Seroit a proposer Sur La lettre que Le Comité a remis hier de la part de M. de ViernaY de Marquer à M M. Les Membres du Comité d’Alençon L’interêt que Le Comité de Mamers prend au Mouvement qui S est Fait dans leur Ville et de leur reiterer Les offres de tous Les Secours qui en dependront du nous Comité

Sur tous Lesquels objets La matiere mise en deliberation Le Comité a arresté Sur Le premier objet qu’il Seroit Refferé

34.e

à L’aSsemblée du générale des habitants qui Sera convoquée  demain DeuX heures après + [ rajout rayé en fin de délibération : + midy ] dans l’Eglise de S.t Nicolas au Jour qui Sera Fixé par une nouvelle delibération.

2.° qu il Seroit Recommandé a M. Le Maréchal de Logis en detachement à Mamers de ne Marcher que Sur la Requisition du Comité de Sureté, de de M. Le Commandant de la Marechaussée ou  +° [ rajout en marge : +°de L’officier qui commenderoit La Garde. ]

[ En marge gauche en haut du feuillet 34 recto :

 N.° 263

Recommandation

Aux Dragons de n’aller

Que Sur la requisition

Du Comité ]

3.° que Il Sera deffendu au Maitre de la poste auX ChevauX d’en donner a qui que ce Soit Sans Le consentement de M. Le Maire ou de L’officier qui Sera de garde Consentement qui ne pourra estre donner par celui cY que depuis DiX heures du Soir Jusqu’à SiX heures du Matin.

[ En marge gauche feuillet 34 recto :

 N.° 264

Deffense au Maitre

De poste ]

4.° arresté enfin Sur Le quatrième objet qu’il Sera ecrit á M M du Comité d’Alençon pour leur Marquer l’Interêt que le Comité de Mamers prend a leurs Inquiètudes actuelles et de leur reiterer Les offres qui leur ont dejà eté Faitte d’aller à leur Secours autant qu’il dependra du Comité de Mamers a quel effet M. Lair un des Membres du Comité et Lieutenant Colonel de la Garde nationale de Mamers Veut bien Se charger d’aller Vers M.M. du Comité d’Alençon, et leur remettre La lettre du Comité

Fait et arresté audit hôtel de Ville Les Jour et an que dessus

Quatre mots rayés comme nuls + prochain [ pas de repérage de ce rajout dans le texte ]

Levassyer Caillier preste   J. Guibrel   p. aveline

                                                                Lair

P Chauvin             Dureau                       Le Balleur

L abot        Malè         Hardoüin desnos

             aSSeSSeur

Le Camusat lieutenant                             Duprey

                   Du maire                                eschevin

Petithomme               Odillard                  Bouteveille

                                Pr. Du RoY

             Bremont    G Peuvret                    Maignée

                        DesaGeux                             maire

                                                               Renard

                                                               Sc.re G.er

[ En marge gauche en bas du feuillet 34 recto :

 N.° 265

Pour une assemblée

Generalle pour le

Reglement ]

Aujour d’huY quiZieme d’octobre mil Sept Cent quatre vingt neuf trois heures après midy

Assemblée des deuX Comités[1] a eté tenue ou Il a eté arresté que demain deuX heures après midy Il Sera tenu en l’Eglise de S.t Nicolas une assemblée du Général des habitants à laquelle le Reglement militaire Sera présenté pour en prendre Communication Et de ScaVoir de ceuX qui La composeront S’ ils Veulent en Consentir La Sanction tel qu’il est redigé

Fait et arresté audit hôtel de ville Les Jours et an que dessus

Bremont       Dureau    Hardoüin desnos

Levassyer Caillier preste      DesaGeuX

Dureau de La Buffardiere      Frebourg   Le Camusat

La Maire     Chartrain    Le Balleur

Petithomme père                            Odillard

Bouteveille       J. Guibrel

MauSay    petithomme    Lanos Fils

Hardouin    G Peuvret      Duprey     Chauvin

Petithomme fils Regnoust ducheSnaY   Maignée

                                                                  Maire

                                                           Renard

                                                           SC.e G.r»[2]

89-10-15

 


[1] Il s’agit du comité de sureté et du comité militaire en conformité avec le décision prise la veille, 14 octobre 1789.

[2] AD72 1MI 1343 ( R 130) – 110 AC 9,11,12 et 13.