Janvier 1794L’octodi 28 nivôse de l’an II, jour du zinc ( soit le vendredi 17 janvier 1794 dans le calendrier dit de vieux-style ), la municipalité de Nogent-le-Républicain commençait par attribuer un certificat de civisme au citoyen Boutry dit du  Manoir domicilié à Paris. Ensuite suite au décès du citoyen Jardin, membre du tribunal de district, la municipalité décidait que dorénavant elle n’assisterait plus en corps constitué aux funérailles d’un membre des autorités constituée, sauf s’il s’agissait d’un membre de la municipalité, et ce pour se conformer à « […] la nouvelle organisation des choses […] » introduite par la Convention nationale[1].

«aujourd hui vingt huit nivos an 2e. de la republique une Et indivisible

En l’assemblée permanente du conseil General de la Commune de nogent le republicain tenüe publiquement

Le Cit Vasseur maire a déposé Sur le bureau une demande par Ecrit d’un Certificat de Civisme Faite par le Citoyen Boutry dit dumanoir actuellement domicilié a Paris Et a requis que le conseil géneral voulut Bien peser dans Sa Sagesse S’il Sera accordés ou refusés un Certificat de civisme

Le Conseil General deliberant arrête quil Sera accordé un Certificat de civisme audit Cit. Boutry dont acte.

Et ledit jour dans laditte assemblée Sont Entré les citoyens arnoult regnoult Commissaire national prés le tribunal du district de cette ville Et gueroult roger juge du meme tribunal Et l’un d’eux a dit : vous Scavés citoyens, quil a eté pris un arreté que lorsqu’un membre d’une des autorités Constituées de cette ville cesseroit d’Exister, les autres membres accompagneroient En Corps Ses Funérailles : comme la Convention nationale par la nouvelle organisation des Choses a introduit  Et Etabli un mode nouvel d’inhumation, nous vous demandons citoyens, au nom du tribunal dont nous Sommes deputés, Si vous Suiverés la marche que nous avons jusqu’à ce jour observé En assistant au Convois du cit. Jardin que nous venons de perdre.

Le Conseil Général deliberant Et voulant En tout point agir d’après les principes tracés par noS répresentants arrete qu’a Compter de Ce jour il n’assistera plus En Corps a aucun Convoi militaire dun membre d’une autorité Constituée de cette ville Saut a Statuer Sur l’Excenption qu’il pourroit Faire dans le Cas ou un de Ses Collegues viendroit a deceder dont acte. un mot rayé nul.    Vasseur               hubert

Beaugars lainé                   Beuzelin            Maire

Regnoust                          JJ Sortais              J C Joubert

                Tarenne                           Roger le Comte

Pi Chereault              grenade

                                               P.re Lequette

                                                 agent de Nal

 

                                                 Tison

                                                 s. g.»[2]



[1] Nous avouons ne pas savoir sur quel décret cette décision s’appuyait.

[2] A. M. Nogent – le – Rotrou 1 D 2, 148 verso- 149 recto.