89-07-30

Le jeudi 30 juillet 1789, le comité de sûreté de l’Hôtel de ville désigné par l’assemblée des habitants, le jeudi 23 juillet précédent, tenait sa première  délibération. Il entendait les plaintes émises par les Dragons[1]  sur leurs conditions de logement, plaintes transmisse par le procureur du roi. Le comité s’occupa de leur trouver un autre logement dans la ville :

« 2.°

Aujourd’huY A L’assemblée du Comité Municipal tenu Aujourd’huy trente  juillet du présent mois de juillet au lieu ordinaire

[ en marge au milieu du feuille 2 recto :

208

Pour le Logement des Dragons ]

S’est présenté Le Procureur du RoY de L’hôtel de ville lequel a dit à Ceux qui composent cette assemblée que les Dragons qui Sont Ycy En garnison passagere Se plaignent d’estre mal logés chez le nomme Beaufrere qui Fait valloir L’auberge de L’agneau, qu’ils y Sont mal couchés et n’Y trouvent point ce qui leur Est neceSsaire, que d’Ailleurs Ils Sont trop Eloignés du Centre de la ville pour pouvoir Se rendre promptement à L’ordre au premier avis qui leur est donné,  qu’ils Supplient MeSSieurs du Comité de leur designer un autre Logement ou Ils puisSent estre plus Commodement et plus a portée d’executer Les ordres qui leur Seront donnés, pourquoy Ledit Procureur du RoY demande qu’il Soit présentement delibéré Sur cet objet et qu’il Soit donné audits Dragons un autre Logement Sur La place des halles si Messieurs du Comité Le jugent a propos Et necessaire pour L’avantage de la ville Et du bien estre de la Troupe

SurquoY la Matiere aYant eté mise en delibération Il a Eté dit que la Réprésentation cy dessus Seroit communiqué a M : Hardouin Faisant La Subdelegation, qu’après lui avoir eté Communiqué et de Son avis Il a eté arresté que Sur ce que le S.r Quelquejeu hôte au RoY d’Espagne ne demande pas mieux que de Loger chez lui les dits Dragons Et Leurs Chevaux, et de leur Fournir en meubles et ustancilles tout ce qui leur Sera necessaire à prix Raisonnable et dont Il Conviendra avec MM. Les officiers Municipaux.

Les dits Dragons quitteront Samedy prochain premier aoust Le Logement qu’ils ont à L’auberge de L’agneau, qu’ils Se transporteront Le dit Jour avec Leurs ChevauX Et Equipages à L’ hôtel du RoY d’Espagne pour Y Faire leur Sejour pendant le temps qu’ils Resteront en Cette ville à La Charge par EuX de s’Y comporter Sagement comme Ils ont Fait Jusqu’à ce jour.

Et après avoir mandé le S.r Quelquejeu hôte a eté Convenu avec lui qu’il lui Seroit avancé par Jour par Le Receveur de L’hôtel de ville# [ rajout en fin de délibération : # autant qu’il aura de deniers patrimoniaux auX mains ] Sur le Compte des habitants la la Somme de douze deniers par Chaque dragon pour Lits et autres  meubles Et ustenciles quil Sera tenu de leur Fournir Sauf a lui à S arranger avec M. Hardouin pour Le Logement des Dragons Et Celui de Leurs Chevaux qui ne tombent point à La Charge des habitants.

Fait et arresté audit hôtel de ville Les dits Jour Et an

Six mots rayés comme nuls.

 

Caillard De Beauvais                     Chartrain

                                                     Lieut. de Maire

 

Le CamuSat               Hardouin           Caillard                  Treboil

                                                           proc. du Roy        Receveur

      Maignée              Duprey

         Maire                                   Renard

                                                      S.cre g.er »[2]



[1] Il s’agissait d’un petit détachement de Dragons, onze, en  stationnement dans la ville et dont le reste du régiment était en garnison au Mans.

[2] AD 72 1MI 1343 ( R 130 ).