Le mardi 25 août 1789, le comité de sûreté de l’hôtel-de-ville de Mamers prenait deux arrêtés : le premier invitait le maire à écrire aux bourgeois vivant noblement et aux laboureurs pour connaître les causes pour lesquelles ils n’avaient toujours pas procédé à la nomination d’un représentant pour siéger au sein du comité, ensuite il décrétait de doubler la garde au cours de la foire de la décollation de Saint Jean le Baptiste ( le 29 août ) et la veille de cette foire, garde secondée des membres de la maréchaussée et du détachement des Dragons stationnés à Mamers.

89-08-25

« AujourdhuY Vingt cinq aoust mil Sept cent quatre vingt neuf

Assemblée du comité de Sureté de L’hôtel de Ville á été faitte à laquelle assemblée a été représenté par un membres qu’en  exécution des délibérations du gènéral des habitants pour la formation de ce même comité, Les différentes corps et corporations Se Sont empressès de concourir àu repos et à la tranquilité publique en choisisSant parmi euX des représentants dignes de leur confiance pour composer cette assemblée conjointement avec le corps municipal ; qu’il Ỳ a tout  lieu d être Surpris

10.e

que La clasSe seule des Bourgeois Vivant noblement et des laboureurs qui forme une des principales corporations Se Soit refusée jusqu’à présent de S assembler et de nommer parmi euX un de leurs membres pour completter le comité qui Se trouve á ce moien privé des Lumiéres qu’il a lieu d attendre d’un corps de  citoiens honnêtes qui doivent ègalement Se rèunir pour assurer le repos et la tranquilité publique ; qu’il Seroit nécessaire d’écrire à M.rs Les Bourgeois et laboureurs pour Scavoir La cause de leur inaction, et être pris ensuite des moiens pour les engager à remplir à cet égard Le Vœu de l’aSsemblée

A été également  représenté par M.r Le maire que par une précédente délibération du comité, il auroit été établi une garde de jour pendant La durée la foire de Guibré composée de cinq fusiliers et d’un caporal afin de ne laisser passer dans la ville aucuns étrangers n’y personnes Suspectes ; que La foire de la décolation[1] exige les mêmes précautions et même une garde plus nombreuse ; qu’il Seroit même á propos de requerir que M.rs Les commandants de la maréchaussée et du Détachement de Dragons fissent faire egalement des patrouilles La veille  et le jour de la foire, pour pretter main forte au détachement de la milice nationale, et maintenir le bon ordre tant dans La ville que dans La foire, pourquoi il requiére que L’assemblée delibère Sur ces deux objets.

[ en marge gauche milieu du feuillet 10 recto :

                223

Pour appeler au Comité

des membres manquant ]

. La matiére mise en délibération. Les membres du comité ont été d’avis Sur le premier objet que M.r Le maire Veuille bien écrire à M.rs Les Bougeois et laboureurs dans la personne des S.rsChauvin et Chapellepour les Scavoir les causes  de leur inaction,  et prendre ensuite des moiens pour Les engager à coopérer avec les autres citoiens au maintien de la Sureté publique.

[ en marge gauche milieu du feuillet 10 recto :

                  224

Etablissement d’une

garde pour la Foir. ]

Sur le Second objet, a été arresté qu’il Sera établi La Veille de la foire de la décolation prochaine et le jour une double garde composée de douze hommes qui Seront choisis dans les differentes compagnies de la milice, et Surtout parmi Les anciens militaires, et qu’a cette effet la présente déliberation Sera communiquée à M.rs Les officiers de l’etat major ; qu’en outre M.rs Les commandants de Marèchaussée et du détachement de dragons Seront requis au nom du comité de faire faire par leurs cavaliers et dragons des patroüilles tant dans La ville que dans le lieu de la foire, et pretter main forte à la garde de la  milice en cas de besoin, et qu’au Surplus il Sera déterminé par une nouvelle délibération Sur la nécessité de continuer ou de faire cesser la garde de jour, pour ne pas rendre auX habitants Le Service trop onéreuX.

Fait et arresté à L’audience du Baillage lieu ordinaire des assemblées de L’hôtel de Ville les jour et an que dessus.       Perrotte

                   Vicaire

 J Gaulard               Petithomme père      Groüasé

Frebourg      Luce de rocquemont 

Monthuley      Homé    aBot    denis dehais   U Sergent 

Boutvielle   p  Aveline     Lair             Maignée

                                                            maire

Boulanger     Malé         Renard

                                      S.cre G.er »[2].                                                                          



[1] Il s’agit de la fête de la Saint Jean d’été, le 24 juin, jour où est honoré Saint-Baptiste mort par décollation.

[2] AD 72 1MI 1343 (R 13) – 110 AC 9, 11, 12 et 13.