Le vendredi 1er octobre 1790, le conseil général de la commune de Mamers n’étant pas en nombre suffisant, l’examen des comptes du Sieur Tréboil[1], ex-receveur de la municipalité, étaient reporté au jeudi suivant ( soit le 7 octobre 1790).

Dans une seconde délibération, le conseil général de la commune de Mamers acceptait la nomination au poste de second adjudant de la garde nationale, en lieu et place du sieur Hanniquet démissionnaire, du sieur Chenevière fils aîné.

 «[En marge en haut du feuillet 95 verso :

       N.°124

ComPte P. ParLe S.r

Treboil]

aujourd’huyPremier octobre mil SePt Cent quatre Vingt DiX

à L’assemblée générale de CorPs MuniciPal et de M. M. Les notables comPosant leConseil général SeSont trouvés M. M. Grouasés [rajout en marge : hardouin Deshaye]  Besniard Carel La Marre Treboil, Mortier Prestre, Fleuryhourdet MarieuX Père, Paris, Peuvret Dolon, Chartier, Luce de Rocquemont en consequence du Renvoy à cejour Par Ladélibération du quinze SePtembre d.er Lesd. S.rs Mortier, Besniard et Fleury CommisSaires nommés Pour Examiner LeComPte à rendre par M.e Treboil de Sagestion comme Receveur de L’hôtel de ville auroient declarés avoir Examiné tant leComPte dud. M.e Treboil queceuX de M. M. Blin et Monthulé Predesseurs[sic] Receveurs dud. M.e Treboil ainsi quelesd. S.rs CommisSaires enauroienteté Requis Par Le Susd. Deliberation Portant renvoy à cejour et estre Prest de Faire RaPort de leurs observations à L’occasion desd. ComPtes, et led. M.e Treboil ComPtable Requiert aussi L’audition et La RecePtionde SonComPte

et attendu qu’il ne S’est Pas trouvé denotables Et MuniciPauX en nombre Suffisant Pour Former Le Conseil général delaCommune après avoir attendu dePuis neuf heures du matin Jusqua celle de onze quoy qu’il y ait eu billets deConvocation des Lejour d’hier enla manière accoutumée Nous avonsenPrésence et duConsentement du Procureur de LaCommune renvoyé deffinitivement à Jeudy Prochain huit heures duMatin.

garde national 1[En marge vers le bas du feuillet 95 verso en vis-à-vis du § ci-dessous :

n.° 125

Demissioŋ duS.r hanique

Et acceptation de chenevier fils

A un [sic] de Second adjud.tde

La garde nationale]

Et à L’jntant a eté donné Lecture d’une Lettre Missive #

Fait et arresté á Lhôtel deville Les Jour Et an que dessus

[rajout dans le corps de la délibération suite à la ligne qui précède ] # ecritte au Corps MuniciPal Par Le Commandant deLa garde nationalle du trente 7bre[2] Par Laquelle jl annonce LademisSion du S.r hanniquet Second adjudant et ProPose Pour Le RemPlacer Le S.r Cheneviere Fils Ainé Pourquoy Lecture Prise du titrePremier deLanomination auX EmPlois Par Le Reglement delagarde nationale de Mamers qui renvoy au Reglement Provisoire deParis, Lecture aussi Prise de larticle Second du titre Second du Reglement Provisoire de Paris, nous officiers MuniciPaux Et notables Sousignés+o [rajout en fin de délibération :+o Suiv.t Les ConclusionsduProcureur dela Commune ] Surle bon RaPort qui nous auroit eté Fait Par M. Le Commandant actuel deLagarde nationale de LaPersonne dud. S.r Cheneviere Fils ainé et d’après nos ConnaisSances Particulieres de Ses bonnes qualités et Suffisances

quatrevingt Seiz.e

nous l’avons nommé ParLePrésent à LaPlace d’adjudant enSecond aulieu et Place dud. S.r hanniquet, aquel effet jl Sera Proclamé et Reçu en La maniere accoutumée et Sera delivré ExPeditiondeL aPrésente à Mond.[Lire  : Mondit] S.r LeCommandant Poury Parvenir..

Et Led. S.r Chenevier Filsainé mandé a accePté à L’jnstant Lad. Place de Second adjudant après avoir Promis deSe bienEt Fidelement comPorter enSad.[lire :en sa dite] Place.

Mortier       Besniard      fleury         P Marieux    Groüasé

Paris     dehais      Peuvret           Luce de rocquemont       

GranGer J Guitrel            Odillard         Cheneviere

Carel         Chartier          Malé              Treboil

                  Petithomme                 

                                                                                        



[1] En vertu de la décision de la municipalité en date du 15 septembre précédent (voir ici). L’examen de ces comptes semblaient difficile à être entériné en effet il s’agissait de son second report, sans que nous puissions savoir pourquoi à ce stade de nos travaux.

[2] Lecture peu assurée la date est très surchargée, mais la date du trente septembre.

[3] AD72 1MI 1343 (R129).