Mamers 4

Le mercredi 15 décembre 1790, le maire et le procureur de la commune de Mamers devaient à nouveau délibérer à propos de la perception des droits d’aide.

Suite à la séance de la veille (voir ici), elle recevait quatre contribuables qui se plaignaient du refus essuyé de la part du receveur, le sieur Lemaigre peu apprécié par les mamertins, de recevoir leurs contributions dues au titre des droits d’aide, refus formulé en des termes « vigoureux ».

Immédiatement après, elle recevait une lettre du sieur Lemaigre par laquelle il demandait que la municipalité fasse annoncer au son de la caisse que les redevables ne devaient pas venir en foule et qu’il convenait qu’ils « […] Soient tenus deSe maintenir Chez lui Paisibles et descens […] ». Ensuite il donnait sa version de l’incident survenu le jour même avec les quatre plaignants comparus précédemment et terminait par déclarer qu’il acceptait de recevoir les redevables avec «[…] Lordre et La tranquilité quil Convient davoir quant on Se Presente dans un Bureau quau SurPlus il lui faut Letemps de Reflechir aSes Calculs et a Ses Recherches Pour faire au Recouvrement en Suff Soufrance dePuis Prés de deuX ans […] ». Le ton plein de morgue employé dans cette lettre nous permet d’entrevoir un aspect de la personnalité du receveur de la régie qui pouvait expliquer la franche détestation dont il était l’objet dans la ville.

Le maire déclarait, après avoir répondu à cette lettre[1], qu’il pouvait «[…]estre interreSsant deConserver Cette lettre […]», la cotait , paraphait et faisait déposer au greffe de la municipalité.

 « [En marge en haut du feuillet 130 verso :

           187

Offre depayement des

Droits.

         P[2].]

aujourd’huiquinze decembre mil Sept Cent quatre vingt diX aPrès midy en Presence demonsieur Lemaire et du Procureur dela Commune aSsemblés à L hotel deville Sonts [sic] Comparu Les Sieurs + [rajout en marge : + Goulette] Riviere Lade ve Leguay LeSr MarieuX et LeSr Cornu qui nous onts [sic] declarès que Conformement ala PromeSse qui nous onts [sic]faittehier dePayer Leurs droits dans un Bref delai ils viennent de SePresenter alinstant au Bureau des aides Chez LeSr Lemaigre Receveur dela Regie auquel ils onts [sic] ProPosès dePayeralinstant Cequils doivent, que ledit Sieur Lemaigre Leur a RePondu il est Bien temps devous Prèsenter dePuis deuX ans que jevous attends. Je nest Point dordre de Recevoir allez au district. quauSsitost ils Se Sonts [sic] transPortés audistrict qui Les a Renvoyé ala municiPalité Requierir Procès verbal dela RePonse qui leur aeté faitte Par LeSr Lemaigre et que Sest enconsequence delavis qui leur a eté donné Par Ledistrict qui Se Prèsente devant nous et nous Requiere dedreSser Procés verbal des RePonses a euX faitte Par LeSieur Lemaigre Persistant adeclarerquils ne demandePas mieuX que dePayer Leursdroits entre Lesmains dequi il aPPartiendra

 

Cent trente un.e

Surquoy nous Maire d après Les dires des parties Presentes et Sur Les Conclusions duProcureur dela Commune Leur avons donné acte deleurs dires et declarations Pour yestre fait droit et onts [sic] Signés goullette

Veuve jean legué   P. Marieux  Cornu          Le proust DesageuX

                                                                                 Maire

 

àlinstant dela Comparution des Cy deSsus denommés nous maire et leProcureur dela Commune avons Reçu duSieur Lemaigre Receveur dela Regie endatte de  Cejour  Parlaquelle il nous engage de faire anoncer aSon de CaiSse que Lon ne SePresente Pas Chez lui lafoule afin deParer auX erreurs tant+ [pas de rajout] Pour Les Redevables que Pour Le Roi ; que les Redevables. mecontent Soient tenus deSe maintenir Chez lui Paisibles et descens nous declarans Par Sa lettre que quatre Contribuable qui Sonts [sic] Les Sieurs Rivaire Lade ve Leguay, MarieuX et Richard[3], ala moindre observation qui Leur afaite onts [sic] Pris Pour Refus deRecevoir tout Cequi Leur adit et Sonts [sic] Sorty aSaPorte Pour Prendre destemoins Comme Ledistrict, LamuniciPalité et lui ne vouloient Pas dargent quil declare vouloir Bien Recevoir avec [début de mot surchargé ou tâché] Lordre et La tranquilité quil Convient davoir quant on Se Presente dans un Bureau quau SurPlus il lui faut Letemps de Reflechir aSes Calculs et a Ses Recherches Pour faire au Recouvrement en Suff Soufrance dePuis Prés [mot en surcharge] de deuX ans Surtout dans Letemps actuel outouttes erreurs Contraires auX Redevables Seroient CaPables delui aPPorter Beaucoup de desagrement, declarant enfin quil tient Bon Compte auX quatres Redevables Cy deSsus nommés des offres quils lui Sonts [sic]venus faire Sa Lettre est Signée  

                                                                                                    LeMaigre

nous Maire Considerant quil Peut estre interreSsant deConserver Cette lettre Lavons Cottée et Paraphée et enavons ordonné LedePot anotre Greffe a Présyavoir RePondu

fait et arresté alhotel deville Les jour et an queS deSsus enaSsistance denotre Secretaire Greffier       

                               Chartier                Le proust Desageux 

                                      Pr dela com.e                                             Maire»[4]

90-12-15 delib 1 vue 1

90-12-15 delib 1 et 2 vue 2



[1] Malheureusement nous ne disposons pas de ladite réponse.

[2] Ce paraphe non déchiffré, le « P » est douteux.

[3] Confusion de la part du receveur entre les sieurs Cornu et Richard ou bien surnom usuel ?

[4] AD72 1MI 1343 (R129).