Marige Etat civil

Paragraphe introductif :

« premier

 Registre double contenant quarante feuilletsdestinés à recevoir les actesde mariage delaCommunanuté deNogent pour L’annéemilSept cent quatrevingt treize cotté et paraphépar premieret dernier feuillet par nous francois denisDavid president deL’administration duDistrict de Nogent lerotrou cedixneuf Decembre L’anpremier delarepublique francaise

David »[1]

92-12-17 Intro



[1]  Ville de Nogent-le-Rotrou, Mariages 1793-an III, Premier feuillet. AD 28, E 280/033 en ligne.

 


Lundi sept janvier 1793 mariage entre Jacques Martin Jourdain et Marie Louise Françoise Demasle (ou Demale, voir Demalle, selon les graphies utilisées alternativement dans l’acte), les témoins étaient Gilles Demasle, Boulanger à Nogent et père de la mariée,  Marie Boulay, mère du marié habitant, comme son fils, à Préaux-au-Perche, François Tinturier, meunier demeurant à Nogent, et Louis Raquet tailleur (sans doute d’habits) également demeurant à Nogent.

93-01-07 1 Jourdain Demasle

 « [En marge au milieu du feuillet 1° :

  m.

jacque

martin

jourdain

   &

marie

louise

francoiSe

Demale]

Aujourd’hui SePtieme jour de janvier l’an mil SePt Cent quatre vingt treize deuxieme dela rePublique  française, a dix heure du matin Par devant moi Pierre lequette Procureur [ce dernier mot en surcharge] conseil general dela Commune de nogent le rotrou dePartement d’eure et loir èlu le huit decembre dernier Pour rediger les actes destinés a Constater la naiSsance, les mariages et le decés des citoÿens Sont comParus dans la maison commune Pour Contracter mariage, d’une Part, jacque martin jourdain tailleur d’habit agé devingt SePt ans fils de feu[peut-être : ] en la municiPalité demeurant encette communauté fils de feu jacque jourdain et demarie boulaÿ domicilié en la Communauté de PreauxdePartement deL’orne, d’autre Part Marie Louise francoise [ le « e » de Françoise non lisible sur le bas du feuillet 1°] demasle couturiere agée de dix huit ans fille mineure de gille demasle marchand Boulanger domicilié dans cette municiPalité et de feu marie rené forge, Lesquels conjoints etoient accomPagnés de  Gille demasle marchand Boulang[ fin de mot, « boulanger » coupé sur le document en ligne] agé de Cinquante quatre ans domicilié encette commune de marie Boulaÿ journaliere agé d’environ Soixante ans+[pas de rajout], francois tinturier meunier agé de cinquante cinq ans et de Louis Raquet tailleur agé de vingt neuf ans ces deux derniers domiciliés en cette commune tous Parens et amis des Partïes moi Pierre Lequette après avoir fait lecture en Presence des Partïes et des dits temoins Premierement del’acte de naiSsance de jacque martin Jourdain en date du trente un aoust mil SePt Cens Soixante Cinq en la municiPalité dePreaux dePartement de Lorne du Legitime mariage entre feu jacque jourdain et  marie Boulaÿ ci-dessus denommés Secondement de l’acte demaiSsance de marie Louise francoise demasle En datte du Six janvier mil SePt cens Soixante quinze Portant qu’elle est née en cette municiPalité denogent lerotrou dePartement d’eure et loir du Legitime mariage entre gilles demasle et de feu marie rené forge troisiemementdu Consentement du dit gille demasle quatriemement de L’acte dePublication de PromeSse de mariage entre Les futurs conjoints, dreSse Par moi Pierre Lequette Le trente decembre [répétition en haut du nouveau feuillet]

 

decembre dernier et affiché.                                                                                                             deuxieme

ledit jour à la Porte decette maison commune après auSsi que jacque martin jourdain et marie Louise francoise demasle ont eu declaré a haute voix SePrendre mutuellement Pour éPoux, j’ai Prononcé au nom dela loi que jacque martin jourdain et marie Louise francoise demasle Sont unis en mariage et j٬ai redigé le Present acte que les Partïeset les temoins ont Signé avec moi excePté marie Boulaÿ # [pas de rajout] née en la Communauté dePreaux gille demasle et francois tinturier qui ont. declaré nele Sçavoir fait enla maison commune denogent lerotrou Les jour mois et an ci-dessus Sixmot [chiffre surchargé difficilement lisible] raÿés nuls et un Surchargé Bon.

    marie demalle        jiacque jourdain     Louis Racquet

                                          P.re Lequette »[1]

93-01-07 2 JOurdain Demasle

93-01-07 3 Jourdain Demasle



[1] Ville de Nogent-le-Rotrou, Mariages 1793-an III, Premier feuillet recto/verso et second feuillet recto. AD 28, E 280/033 en ligne.

 


Le lundi 14 janvier 1793 avait lieu le mariage entre Charles Goulet, commis marchand demeurant à Saint-Germain-des-Grois dans l’Orne, et la citoyenne Louise[1], de parents inconnus et couturière à Nogent. Les témoins étaient Francois Chevrel, marchand teinturier, Pierre Gillon marchand cafetier, Pierre Prudent fils marchand coutelier, tous trois domiciliés à Nogent et du citoyen Joseph Francois Goulet laboureur demeurant, au lieu de la Bourdiniere, Paroisse de Dancé dans l’Orne. De plus la mariée, en tant qu’enfant mineure sans parents, avait présenté à la municipalité cinq habitants de Nogent donnant leur consentement à ce mariage le 31 décembre 1792 [voir ici], en conformité avec les termes de l’article sept de la loi qui règle les formalités pour constater l’état civil des citoyens en date du 20 septembre 1792.

93-01-14 1 Goulet Louise

« [Bas du feuillet deux recto :

Charles

Goulet

& de

louise]

Aujourd’hui quatorzieme jour de janvier l’an mil SePt Cent quatre vingt treize deuxieme dela republique francaise a Six heures du Soir Par devant moi Pierre lequette denômé et qualifié comme de L’autre Part Sont ComParus en la maison Commune de nogent le rotrou dePartement d’eure et loir Pour contracter mariage D’une Part Le citoÿen charle goulet commis marchand agé de trente deux ans demeurant en cette municiPalité fils de feu jacque francoi [le « s » de la fin du prénom à disparu sur le document] Goulet et de marie Dubois dela Communauté de Saint Germain des Groÿes dePartement de  L’orne. D’autre Part La Citoÿennes Louise Couturiere agée d’environ dix neuf ans demeurant en cette communauté dePuis L’aged’environ Six mois fille mineure de Père mére en Communauté inconnüe Lesquels futurs conjoint etoient accomPagnés des Citoÿens francois chevrel marchand tinturier agé de vingt huit ans, Pierre gillon marchand caffetier agé de quarente Six ans, Pierre Prudent fils Marchand coutelier agé de vingt huit ans, tous trois domicilié en cette municiPalité et du Citoÿen josePh francois goulet laboureur agé de trente quatre ans demeurant, au lieu dela Bourdiniere ParoiSse de dancé dePartement del’orne tous Parents et amis des Partïes, moi Pierre lequette après avoir fait lecture en Presence des Partïes et des temoins Susdits 1° del’acte de naiSsance de charle goulet en datte du Cinq mars mil SePt Cent Soixante Portant qu’il est né en la municiPalité de Saint germaindes Groïs [rajout en interligne : dePartement de L’orne Leq.] du Legitime mariage des feux jacques francois goulet et de marie dubois deuxiem [fin de mot caché dans la pliure du registre] du Consentement donné à la citoÿenne Louise

troisieme

Conformement à la loi du vingt SePtembre dernier Par Cinq Citoÿens domiciliés en cette commune Consigné au registre des deliberations en datte du trente un decembre dernier La ditte citoÿenne Louise n’ayant Pu Se Procurer L’acte de Sa naiSsance [voir ici] troisiemement de L’acte dePublication de mariage entre Les futurs conjoints dreSsé Par moi Pierre lequette Le Six duPresent mois de janvier et affiché ledit jour ala Porte de cette maison commune aPrès auSsi que Le Citoÿen charle goulet et la Citoÿenne Louise ont eu declaré a haute voix SePrendre mutuellement Pour ePoux j٬ai Prononcé au nom dela loi que le C.en charle goulet et la citoyenne Louise Sont unis en mariage et j٬en ai redigé le Present acte que les Partïes et les temoins ont Signé avec moi fait enla maison Commune de nogent lerotrou Les jour mois et an Susdits.

                                  Louise        Ch Goulet      f Chevrel

              Jf Goullet                  Pierre Prudent

              P. Gillon                            P.re Lequette.»[2]

93-01-14 2 et 3 Goulet Louise



[1] A Nogent-le-Rotrou, les enfants naturels ne portaient qu’un prénom même, et ce n’est pas le cas ici, la mère était connue.

[2] Ville de Nogent-le-Rotrou, Mariages 1793-an III, deuxième feuillet recto/verso et troisième feuillet recto. AD 28, E 280/033 en ligne.


93-01-28 MAriage nocturne

Le lundi 28 janvier 1793 à une heure du matin (?), avait lieu le mariage du maire de Nogent, Pierre Jean Hilaire Vasseur veuf, avec une veuve de Nogent la citoyenne Françoise Lefebvre. Les témoins étaient la citoyenne François Charlotte Judith Clément, la propre mère du marié, Magloire Hilaire Vasseur, receveur des contributions,   René Lefebvre, tous trois demeurant à Nogent et Charles Jousse (ou Josse) de La Rouche (ou plutôt La Rouge) dans l’Orne.

Plusieurs éléments sont troublants dans cet acte, d’abord l’heure à laquelle le mariage eut lieu, mais il s’agit peut-être d’une erreur de transcription : une heure de relevé au lieu d’une heure du matin. Sinon cette heure, pour la moins inhabituelle, pourrait s’expliquer du fait qu’il s’agissait du remariage d’un veuf ( mais les deux futurs époux étaient veufs et d’âges proches : 48 ans pour le marié et 41 pour la future ce qui exclurait d’éventuels « charivaris » de la part de la « jeunesse »),  d’autre part un des témoins semble en famille avec l’ex-épouse du maire (feue la citoyenne Marie Louise Françoise Josse) on peut supposer que le délai du deuil était jugé convenable au moins par ce dernier. Il me semble plus probable que le citoyen Pierre Lequette ait fait une erreur dans l’heure dudit mariage.

D’autre part parmi les signataires de l’acte apparaît un certain René Gasslin (lire sans doute Gasselin) Louis Lefèvre, il s’agit peut-être d’un pseudonyme pour René Lefèvre cabaretier à Nogent mais Pierre Lequette venait de noter que ce dernier avait déclaré ne pas savoir signer or sa signature semble bien assurée ??? Si le mariage avait bien eu lieu à une heure du matin on peut comprendre que le citoyen Pierre Lequette n’ait plus eu toutes ses idées claires…

93-01-28 1 et 2 Vasseur et Lefevre

« [En marge en haut du feuillet trois verso :

Pierre

jean

hilaire

VaSseur

& de

françoise

lefebvre]

Aujourd’hui vingt huitieme jour dejanvier mil SePt Cent quatre vingt treize L’an deuxieme dela rePublique française à une heure du matin Par devant moi Pierre lequette denommé et qualifié comme del’autre Part Sont ComParus en la maison commune de nogent lerotrou dePartement d’eure et loir Pour Contracter mariage d’une Part Le Citoÿen Pierre jean hilaire vaSseur maitre dePoste et maire de cette commune veuve[sic] defeu la Citoÿenne marie Louise françoise joSse[1] fils majeure [sic] de feu Le Citoÿen hilaire vaSseur et de la Citoÿenne francoise charlotte judith clement vivant deSon revenu domicilié en cette MuniciPalité D’autre Part La Citoÿenne francoise Lefebvre veuve defeu [« feu » en rajout]  # [ rajout en marge : # le leq ] Citoÿen Louis Mondeau fille majeure defeu [« feu » en rajout]leCitoÿen Louis Lefebvre et dela Citoÿenne marie jeanne nion de cette municiPalité, lesquels futurs Conjoints etoient accomPagnés dela Citoÿenne francoise charlotte judith clement qualifié commeci deSsus agè de Soixante Six ans des Citoÿens Magloire hilaire vaSseur receveur des contributions de cette commune y demeurant agé de vingt Six ans charle jouSse marchanden la Communauté dela rouche dePartement de L’orne [il s’agit peut-être de la commune de La Rouge à proximité de Le Theil-sur-Huisne dans l’Orne] agé devingt neuf ans et rené lefebvre marchand cabaretier agé deSoixante ans domicilié

 

En cette Communauté de nogent tous                                                                                             quatrieme

[rajout en marge : parens leq. ] moi Pierre lequette après avoir fait lecture

En Presence des Partïes et des temoins Susdits 1.° de L’acte de naiSsance de Pierre jean hilaire vaSseur en datte du vingt SePt fevrier milSePt Cent quarente Cinq Portant qu’il est né en cette municiPalité du Legitime mariage entre  hilaire vaSseur defunt et françoise charlotte judith clement cideSsus denommé. 2.° de l’acte de naiSsance de françoise Lefebvre en datte du vingt quatre mars mil SePt Cent cinquante deux Portant qu`elle est née du Legitime mariage entre Les feus rené Louis Lefebvre et marïe jeanne nion de cette Communauté 3.° de l’acte dePublication de mariage entre Les futurs Conjoints dreSsé Par moiPierre lequette Le vingt du Present mois de janvier et affiché le dit jour à la Porte de cette maison Commune après auSsi que lecitoÿen Pierre jean hilaire vaSSeur et la Citoÿenne francoise lefebvre ont eu declaré a haute voix SePrendre mutuellement en mariPour ePoux, Jai Prononcé au nom de la loi que Pierre jean hilaire vaSseur et françoise lefebvre Sont unis en mariage et j’ai redigé le Present acte que les Parties et les temoins ont Signé avec moi excePté Le Citoÿen rené Lefebvre qui a declarénele Sçavoir fait en la maison commune de nogent lerotrou Les jour mois et an ci dsSus aPProuvés deux mots raÿés nuls.

                                           françoise lefebvre                          VaSseur

           rené gasslin [il s’agit peut-être de rené Lefebvre ]           maire                                           

          louis lefebvre                  Vasseur                     C. josse

                                                 receveur                  P.re Lequette

        f c. judith clement v.e     des Cont.

             vaSseur»[2]

93-01-28 3 Vasseur et Lefevre



[1] Il convient peut-être de lire « Jousse » et non « Josse » comme écrit sur l’acte.

[2] Ville de Nogent-le-Rotrou, Mariages 1793-an III, troisième feuillet verso et quatrième feuillet recto/verso. AD 28, E 280/033 en ligne.


 

Le mardi 29 janvier 1793 avait lieu le mariage entre Jean Richardeau, commis laboureur au lieu de La Martinière en la paroisse Saint-Laurent de Nogent et de Françoise Guilbert fille mineure et orpheline domestique demeurant également à Nogent. Cette dernière avait au préalable, le 19 janvier précédent, présenté cinq oncles et cousins[1] qui avaient déclaré consentir à ce mariage devant la municipalité de Nogent comme l’exigeait la loi qui règle les formalités pour constater l’état civil des citoyens en date du 20 septembre 1792 dans son article 7 (voir ici). Les témoins des mariés étaient le père du marié, Jean Antoine Richardeau marchand à Nogent, Jean Barbet laboureur à Pierre-Fixte[2], Marin Fortin, laboureur à Masle et Louis Chaboche maréchal à Souancé.

93-01-29 1 Richardeau Guilbert

 

« [En marge milieu du feuillet 4 verso :

 

jean antoine[3]

 

Richardeau

 

    et de

 

françoise

 

Guilbert]

 

Aujourd’hui vingt neufjanvier mil SePt centquatre vingt treize L’an deuxieme dela rePublique francaise a dix heures du matin Par devant moi Pierre lequette denommé qualifié comme deL’autre Part Sont Comparus en la maison Commune de nogent lerotrou dePartement d’eure et loir Pour Contracter mariage d’une Part jean richardeau garçon Laboureur demeurant en cette communauté fils mineur de jean antoine richardeau laboureur et de michel [sic] Barbet demeurant au lieu dela martiniere ParoiSSe Saint Laurent de cette commune D’autre Part francoise guilbert domestique  Demeurant [ debut du mot « demeurant » en surcharge « fil »] encette communauté fille mineure de feus Louis guilbert et de francoise gouhier Ses Père et mere dela communauté deSaint hilaire Sur erre dePartement deL’orne àyant

 

 

 

Cinquieme

 

ayant [sic] obtenue Le Consentement de Cinq Parens Consigné au registre des deliberations de Cette commune du dix neuf Present mois ; Lesquels futurs conjoints etoient accomPagnés de jean antoine richardeau marchand agé de quarente huit ans٬ jean Barbet Laboureur agé de cinquante ans le Premier domicilié en cette commune et le Second en celle de Pierre fixe meme dePartement, marin fortin laboureur agé de cinquante huit ans demeurant communauté de masle dePartement del’orne et Louis chaboche marechal domicilié en la commune de Souancé dece déPartement tous Parens des Partïes ٬

 

moi  Pierre lequette après avoir fait lecture en Presence des Partïes et des temoins Susdits 1.° deL’acte de naiSsance de jean richardeau en date du SePt novembre mil SePt cent quatre vingt Soixante treize qui Constate qu’il est né encette commune du Legitime mariage entre jean antoine richardeau et michel Barbet qui ont Consenti aCe dit mariage 2.° de L’acte de naiSsance de francoise Guilbert en date du SePt SePtembre mil SePt Cent Soixante treize Portant qu’elle est née en la commune de Saint hilaire Sur erre # [pas de rajout ] du Legitime mariage entre Les feus Louis Guilbert et francoise gouhier 3.° du Consentement de Cinq Parens de francoise Guilbert consigné au registre decette commune 4.° deL’acte de Publication de mariage entre Les futurs Conjoints dreSsé Par moi Pierre Lequette Le vingt du Present mois dejanvier et affiché Le dit jour àlaPorte decette maison Commune aPrès auSsi que jean richardeau et francoise guilbert ont eu  declaré a haute voix SePrendre mutuellement Pour ePoux, j٬ai Prononcé au nom delaloi que jean richardeau et francoise guilbert Sont unis en mariage et j٬ai redigé lePresent acte que jean richardeau et Louis chaboche ont Signé avec moi jean antoine richardeau jean Barbet marin fortin et francoise guilbert ayant declaré neleScavoir fait en La maison communedenogent lerotrou Les jour mois et an ci-deSsus aPProuvé deux mots raÿés nuls.

 

                                                               Louis Chaboche    jean richardeau

 

                                                                                         P.re Lequette. »[4]

93-01-29 2 Richardeau et Guilbert

93-01-29 3 Richardeau et Guilbert

 


[1] Parmi lesquels le père du Marié, et deux des témoins, Louis Chaboche et Martin Fortin. On peut sans trop de risque d’erreur avancé que les mariés étaient apparentés en tant que cousins.

[2] Aujourd’hui Saint-Jean-Pierre-Fixte.

[3] Il y a peut-être confusion ici entre le marié et son père, dans le corps de l’acte le marié est toujours nommé Jean Richardeau, Jean Antoine Richardeau étant réservé à son père. Mais il est aussi possible que le père et le fils portaient les deux mêmes prénoms.

[4] Ville de Nogent-le-Rotrou, Mariages 1793-an III, feuillet quatre verso et cinq recto/verso. AD 28, E 280/033 en ligne.