A voir sur France 2 mardi 13 juillet en soirée "Révolution !" un documentaire en 2 parties signé Hugues Nancy et Jacques Malaterre avec en récitant Philippe Torreton.

En ce moment je commence à visionner l'avant-première et ça me semble de qualité et solide !

Pour plus d'infos voir les site de France.tv : https://www.france.tv/france-2/revolution/

Révolution !

Présentation du téléfilm sur le site de France 2 :

« A propos

Imaginons une immersion inédite au cœur de la Révolution Française…

Imaginons un documentaire qui serait tourné entre 1789 et 1795, au moment où les Français renversent la monarchie et inventent la république !

Comme nous le ferions pour un événement contemporain, nous racontons cette période révolutionnaire en filmant le peuple de Paris pris sur le vif, au cœur de l’action, en interviewant les grandes personnalités politiques de la Révolution — Camille Desmoulins, Jean-Paul Marat, Georges Jacques Danton et Maximilien Robespierre — et en utilisant des gravures traitées comme des images d'actualité.

C'est une plongée au cœur de la fabrique de la démocratie française ! Quand la devise des Français était alors : Liberté, Égalité, Fraternité... ou la mort.

 

AvecSamuel Dupuy (Jonas Lebigant), Augustin Bonhomme (Athanase Lamoureux), Sabaya Lelouch (Gabrielle Pecheloche), Frédéric Sauzay (Juste Coupigny), Ludovic Pinette (Abbé Bouvreuil), Xavier Lafitte (Camille Desmoulins), Franck Beckmann (Georges Jacques Danton), Arnaud Fremont (Jean-Paul Marat), Antony Cochin (Jean-Paul Rabaut Saint-Etienne), Thomas Espinera (Maximilien Robespierre)

 

Épisode 1
Entre peur et espérance (1789-1791)

Printemps 1789, la France est fracturée par les inégalités sociales. Le pays est arrivé à un point de non-retour. Alors que dans un faubourg de Paris, notre caméra suit Jonas, Athanase et Gabrielle, nous sommes témoins de l’embrasement du peuple.

Au même moment, le tiers état gagne son bras de fer contre le roi. Avec l’appui du clergé, il forme la première Assemblée nationale. Mais, Louis XVI fait appel à 20 000 soldats, en partie allemands et suisses. C’est le début de l’engrenage.

Le 14 juillet 1789, le peuple de Paris et la toute nouvelle garde créée par la Commune de Paris affrontent les troupes royales et fait tomber la Bastille. Le roi doit renoncer à son pouvoir absolu. Face aux révoltes populaires de l’été, la nouvelle Assemblée vote la fin des privilèges et adopte, le 26 août, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.
Paris devient un laboratoire de la démocratie. Dans les sections parisiennes, on débat avec passion. L’avènement de la liberté de la presse, avec des journalistes comme Jean-Paul Marat et Camille Desmoulins, met fin à la censure royale. Les idées circulent, c’est l’effervescence. Un changement social et politique de grande ampleur est en train d’opérer. Mais, la pénurie de pain, la famine et les désillusions provoquent à nouveau la colère du peuple. L’Assemblée tremble et vote la loi martiale à l’automne 1789.

Un an plus tard, le conflit entre catholiques réfractaires et révolutionnaires mène la France au bord de la guerre civile. En secret, le roi et sa famille fuient à Varennes le 21 juin 1791. Pour le peuple, c’est une trahison. Le roi les abandonne. Alors la monarchie elle-même est remise en question.

Le 17 juillet 1791, alors que des Parisiens viennent en famille sur le Champ-de-Mars signer une pétition pour demander l’abdication du roi, la Garde nationale sur les ordres du général Lafayette tire sur la foule. C’est le tournant de la Révolution.

Épisode 2
De l’ardeur à l’effroi (1792-1795)

Au printemps 1792, les Français s’apprêtent à vivre à la fois un miracle démocratique et l'une des périodes les plus sanglantes de leur histoire. La France entre en guerre contre l’Empire d’Autriche-Hongrie.

Pour protéger Paris, les députés font appel à 20.000 fédérés venus de tout le pays. Lorsque le 30 juillet 1792, les fédérés de Marseille entrent dans la capitale, en chantant « la Marseillaise », ils n’ont qu’une idée en tête, faire tomber le roi. C’est un manifeste, signé par le duc de Brunswick, qui met le feu aux poudres. Le chef des armées prussiennes menace de détruire Paris si les Français s’en prennent à Louis XVI. Mais, les sections exigent la déchéance du roi. Le 10 août 1792, Jonas et Athanase des sections parisiennes, des milliers de sans-culottes et de volontaires marseillais et bretons arrivent devant le Palais-Royal. Une bataille impitoyable éclate. La victoire de la commune insurrectionnelle de Paris est totale. Le roi est suspendu de ses fonctions, et l’Assemblée nationale, dissoute, est remplacée par une Convention nationale élue au suffrage universel masculin.

Le roi et sa famille sont transférés dans la prison du Temple.

Le 21 septembre 1792, la monarchie en France est abolie. Le lendemain, le 22 septembre, débute l’an 1 de la République française. Robespierre, Danton, Desmoulins, Marat, ainsi qu’une courte majorité de députés, votent pour la mort de Louis XVI.

Le roi est guillotiné le 21 janvier 1793.

Cette nouvelle résonne comme un coup de tonnerre dans l’Europe entière. La guerre s’aggrave. Les tensions politiques entre Girondins et Montagnards s’exacerbent.

Face à la multiplication des périls, un tribunal révolutionnaire est instauré pour juger les ennemis de la révolution. La terreur commence. La Révolution va broyer tous ses héros. Desmoulins, Danton et Robespierre finissent sur l’échafaud. Marat est assassiné. En mai 1795, les sections sont désarmées. C’en est fini des espoirs d’égalité des sans-culottes. Le suffrage universel masculin est rejeté. Seuls les plus riches ont le droit de voter. C’est désormais une majorité modérée qui dirige la République. »