05 juillet 2022

5 Juillet 1794 : Nogent et Groseille.

Le 17 messidor de l’an II (soit le jeudi 5 juillet 1794) était enregistré en la maison commune de Nogent-le-Rotrou la naissance de Martin Groseille Brette qui ne survivra que quelques mois et décèdera le 10 floréal de l’an III (soit le mercredi 29 avril 1795). Certes le choix du prénom Groseille pour original qu’il soit ne laisse pas supposer d’un choix politique sauf que dans le calendrier révolutionnaire le 17 messidor est le jour de la groseille, donc le prénom est bien marqué par l’actualité de ces années. Retranscription... [Lire la suite]

25 juin 2022

25 juin 1794, Abot Constant Républicain.

Le 7 messidor an II ( 25 juin 1794 ) naissait un garçon dont les prénoms constituaient à eux seuls tout un programme politique : Constant Républicain Abot.   Acte de naissance conservé aux archives municipales de Nogent-le-Rotrou : registre 1E1. « [ En marge gauche : Constant Républicain Abot ] AuJourd’hui SePtieme MeSsidor de l’an deuxieme de la rePublique francaise a deux heures de relevé Par devant moi pierre LeQuette dénommé et QualiFié comme de l’autre Part S’est Presenté en la maison Commune de nogent... [Lire la suite]
08 juin 2022

8 Juin 1794 : Fête de l’Être suprême.

Le 20 prairial an II ( 8 juin 1794 ) se déroulait à Paris ( mais aussi un peu partout en province ) la fête de l’Être suprême selon le décret adopté le 18 floréal précédant ( 7 mai 1794 ) par la Convention nationale. La fête parisienne grandiose avant été organisée par le peintre David, « l’hymne à l’Être suprême » fut écrit par l’Aixois Théodore Désorgues[1] et mis en musique par Gossec. Je vous en propose une retranscription des parole et une interprétation par le groupe « La clique des Lunaisiens ». Hymne à... [Lire la suite]
Posté par Nogentrevo à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 mars 2022

Le 11 mars 1794 à Nogent leRépublicain serment d'ex-religieuses, certificat de civisme, réfugiés de la vendée.

Le 21 ventôse an II ( mardi 11 mars 1794 ) la municipalité de Nogent-le-Républicain tenait trois délibérations. Au cours de la première elle recevait à nouveau le serment d’ex-religieuses domiciliées à Nogent. « Aujourd’hui vingt unieme VentoSe an deuX de la RePublique Française une & indivisible En L’asSemblée permanente du Conseil Général de La Commune de nogent Se Sont Présentés en la maison Commune de nogent Les Citoyennes marie LouiSe Richardeau eX sœur hosPitaliere de la Ferté et  Bernard [sic] et de Présent... [Lire la suite]
09 mars 2022

Le 9 mars 1794 à Nogent le Républicain serments de religieuses.

Le 19 ventôse an 2 ( dimanche 9 mars 1794 ) la municipalité ne tenait qu’une seule délibération consacrée à nouveau à la prestation de serments d’ex-religieuses vivant dans la ville. « Aujourd’hui diX neuF ventoSe an deuX de la rep. Une et indivisible En L’asSemblée permanente du Conseil Général de La Commune de nogent Le Rotrou Sont Comparues Les Citoyennes marie FrançoiSe aVenelles, Barbe tiria eX ReligieuSes de la Ci devant Communauté de Bellomert district de Chateauneuf dePartement d’eure & Loir et tous de Present... [Lire la suite]
08 mars 2022

Le 8 mars 1794 à Nogent le Républicain : serments d'ex-religieuses, certificat de résidence, places sous la halle.

Le 18 ventôse an II ( samedi 8 mars 1794 ) le conseil général de la municipalité de Nogent-le-Républicain ( qui était le plus souvent encore nommée Nogent-le-Rotrou ) tenait sept délibérations dont pas moins de cinq d’entre-elles concernaient des prestations de serment d’ex-religieuses des diverses communauté de la ville. En commençant par des religieuses de l’ancienne maison des ursuline et du Nazareth qui venaient prêter serment au cours des deux premières délibérations. «Aujourd’hui diX Huitieme VentoSE an deux de La RePublique... [Lire la suite]

07 mars 2022

le 7 mars 1794 à Nogent le Républicain : entretien de la ville, déménagement, postes et messageries, serment de religieuses,...

Le 17 ventôse an II (vendredi 7 mars 1794) la municipalité de Nogent-le-Républicain tenait six délibérations. Les deux premières étaient consacrées à un four en mauvais état sis rue Saint Lazare. Après nomination de commissaires chargés de constater la réalité du rapport fait par le citoyen Petibon, membre de la municipalité, la municipalité ordonnait au propriétaire, le citoyen Gallet, ou à des héritiers de faire faire les réparations nécessaires. Elle interdisait par le même arrêté au bien nommé citoyen Brûlard de continuer à... [Lire la suite]
05 mars 2022

Le 5 mars 1794 à Nogent-le-Républicain : serments des femmes des congrégations, certificat de civisme

Le lendemain, 15 ventôse de l’an II (mercredi 5 mars 1794), la municipalité de Nogent tenait deux délibérations. Au cours de la première, elle enregistrait un décret daté du 9 nivôse précédent (29 décembre 1793) ordonnant que les femmes des ci-devant congrégations seraient soumises au serment : « Aujourd ‘hui quinze ventoSe an deux de la Republique une & indivisible En l’assemblée Permanente du conseil General de la Commune de nogent le Republïcain tenüe Publiquement l’agent national Pré cette Commune a depoSé Sur... [Lire la suite]
04 mars 2022

Le 4 mars 1794 à Nogent : réfugiés de la Vendée.

Le 14 ventôse an II ( soit le mardi 4 mars 1794 ) comparaissait devant la municipalité de Nogent le citoyen Antoine Deserole originaire d’Angers réfugié déclarant souhaiter s’installer en cette ville avec sa maisonnée afin de se soumettre aux ordres des représentants du Peuple à Angers ordonnant aux «  bons patriotes et républicains » de s’éloigner à 20 vingt lieues des zones occupées par les rebelles «  de la Vendée ». Ledit citoyen, prudent, ayant pris soin de s’écarter de bien plus de 20 lieues d’Angers était... [Lire la suite]
Posté par Nogentrevo à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 février 2022

Le 25 février 1794 à Nogent-le-Républicain : signes du "fanatisme", huiles pour les étamines, ex-prêtres,

Le 7 ventôse de l’an II, jour de l’alaterne (mardi 25 février 1794), la municipalité de Nogent-le-Républicain tenait quatre délibérations. Il était d’abord procédé à l’adjudication au rabais de la descente des signes de la royauté et du « fanatisme »[1] des clochers des trois églises paroissiales de la ville et de celle de Saint-Denis. La municipalité jugeant le montant de la dernière enchère, faite par le citoyen Jean Hée à huit cents livres, trop élevée et même « exorbitant » décidait de transmettre le... [Lire la suite]