03 février 2020

Champrond-en-Gâtine 1789-1793 : révolution et religion, des rapports tendus.

Champrond-en-Gâtine 1789-1793 : du rififi dans la sacristie. Tabernacle !   Le bourg de Champrond-en-Gâtine, à mi-chemin entre Chartres et Nogent-le-Rotrou, ne connut pas (tout au moins à notre connaissance) de mobilisations sociales, comme des émeutes de marché, durant les premières années révolutionnaires contrairement à d’autres cantons du district de Nogent. Ici, les oppositions politiques se cristallisèrent autour des problèmes religieux surtout au moment de la mise en place de la constitution civile du clergé mais aussi... [Lire la suite]

01 février 2020

Champrond-en-Gâtine, 1791 : affaire Julien Le Comte, dossier documentaire

Champrond-en-Gâtine, 1791 : affaire Julien Le Comte, dossier documentaire[1].  Page de garde : « Affaire Criminelle Entre L’accusatuer public répresenté Par M.e devasconcelle Et Le curé de Champrond. M. godet Comm-re »   Document 1 : dénonciation du curé de Champrond-en-Gâtine par le procureur de la municipalité.  « 5 avril... [Lire la suite]
03 avril 2019

Le clergé sarthois en révolution 1789-1794 ( 4° partie ).

2. 1791 : La déchirure (seconde partie ). 2. Première déchirure difficilement réparable. La première déchirure sérieuse entre le clergé et les nouvelles autorités se produisit au moment de l’application de la constitution civile du clergé adoptée le 12 juillet 1790 et surtout avec le décret du 27 novembre de la même année imposant un serment de fidélité à la constitution de la part des desservants élus devenus fonctionnaires publics. Je ne ferais qu’évoquer rapidement la Constitution Civile du Clergé, la SARF 72 y ayant... [Lire la suite]
Posté par Nogentrevo à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 octobre 2017

La Constitution civile du clergé ( 8 ).

Destin de l’Eglise constitutionnelle : Dès le début de 1793, l’Eglise constitutionnelle devint à son tour la cible de l’opinion publique ( surtout après l’exécution du roi et les débuts de la guerre civile). A partir de l’automne 1793 et le début du mouvement « déchristianisateur »  il devint difficile, dans l’esprit des sans-culottes les plus radicaux,  d’être à la fois prêtre et républicain. Bien que la Convention comptait dans ses rangs 17 évêques et 44 prêtres.   Le 16 brumaire an II ( 6 novembre 1793 ), la... [Lire la suite]
Posté par Nogentrevo à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 octobre 2017

La Constitution civile du clergé ( 7 ).

5. Les conflits s’accentuèrent au printemps 1791. Le pape, Pie VI, finit par prendre officiellement position par des brefs datés du 10 mars et du 13 avril 1791 déclarant la Constitution civile du clergé comme hérétique, sacrilège et schismatique. Il demandait au « jureurs » de se rétracter et aux réfractaires de persister dans leur refus du serment. Ces déclarations eurent peu d’effet sur les ecclésiastiques ayant acceptés le serment (cependant environ 6% de rétractations s'en suivirent) mais elles renforcèrent la... [Lire la suite]
Posté par Nogentrevo à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 septembre 2017

La Constitution civile du clergé ( 6 ).

4. Constitutionnels et réfractaires. Le serment devait être prêté durant l’hiver 1791 selon la formule suivante : « Je jure de veiller avec soin sur les fidèles de la paroisse qui m’est confiée, d’être fidèle à la nation, à la loi et au roi et de maintenir de tout mon pouvoir la Constitution décrétée par l’Assemblée nationale et acceptée par le roi. », aucun préambule ou restriction n’étant admis. Les prestations de serments devaient être passées en présence des autorités politiques et des fidèles. En cas de refus de... [Lire la suite]
Posté par Nogentrevo à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 septembre 2017

La Constitution civile du clergé ( 5 )

La division de l’Eglise catholique. Entre 1789 et 1790, une partie importante du clergé s’engagea résolument du côté de la Révolution. Les prêtres bénissaient les drapeaux des gardes nationales, les arbres de la liberté, parfois fondaient ou participaient activement aux travaux des sociétés des amis de la constitution. Les rites catholiques furent mobilisés pour les grands événements politiques, notamment la fête de la Fédération du 14 juillet 1790, ce qui laissa croire à une sorte de « lune de miel » entre l’Eglise et les... [Lire la suite]
Posté par Nogentrevo à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 septembre 2017

La Constitution civile du clergé ( 4 ).

A partir du 21 avril 1790, s’ouvrait alors le débat sur une « Constitution civile du clergé ». Le décret fut adopté le 12 juillet et sanctionné par le roi le 24 août 1790. Celle-ci prévoyait en ce qui concernait le découpage en diocèses que les évêchés devaient désormais correspondre aux départements ce qui fit chuter leur nombre de 135 à 83 ; auxquels il fallait ajouter dix évêchés dits métropolitains ( Aix, Besançon, Bordeaux, Bourges, Lyon, Paris, Reims, Rennes, Rouen, Toulouse ). Les ministres du culte devaient... [Lire la suite]
Posté par Nogentrevo à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 septembre 2017

1. Les problèmes religieux (2) : les prestations de serments.

Le 12 juillet 1790, L'Assemblée adopta la Constitution civile du clergé proposée par son comité ecclésiastique. La Constituante voulait ainsi créer une Eglise nationale capable de la seconder dans la consolidation du nouvel ordre des choses. La loi du 27 novembre 1790 exigea que le clergé prêtât serment à la constitution. Ce fut le début d’un schisme de l’Eglise. Elle se divisa en deux camps d’importance égale, d’un côté le clergé constitutionnel qui accepta le serment, de l’autre les insermentés ou réfractaires qui le refusèrent.... [Lire la suite]
Posté par Nogentrevo à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 septembre 2017

1. Les problèmes religieux (3) : l’installation des prêtres assermentés.

L'installation des prêtres assermentés.  Tous les prêtres réfractaires furent considérés comme démissionnaires et remplacés par de nouveaux curés élus par les assemblées primaires. Les vicaires assermentés furent les principaux bénéficiaires de l’opération, un grand nombre d’entre eux accédèrent à des cures : Forestier, ex – vicaire de St Hilaire de Nogent, devint curé de la même paroisse ; Le Sueur, ex – vicaire de Vichères, fut élu curé de Brunelles ; … Mais tous les prêtres réfractaires ne furent pas remplacés... [Lire la suite]