Baudouin.

Apothicaire à Nogent, il fut élu officier municipal dès 1791. Le 21 novembre 1791, on le voyait soutenir Chasles, lorsque celui – ci se plaignait, devant le district, que la municipalité de Nogent refusait de faire remettre en état le collège.

 Le 3 décembre 1792, il était élu 1er officier municipal. Il occupa ce poste jusqu’à ce que le représentant du peuple, Thirion, le nommât  au poste de procureur – syndic du district, le 5 frimaire an II.

 Il fut, sans conteste, un des principaux dirigeant du mouvement Sans – Culotte de Nogent – le – Rotrou. Avant de devenir procureur – syndic du district, nous le retrouvions dans le comité révolutionnaire de surveillance de la commune de Nogent.

La « réaction thermidorienne » s’en prit d’abord à lui lorsqu’il s’agît d’épurer les autorités constituées « terroristes ». Le 14 germinal an III ( 3 avril 1795 ), le représentant du peuple en mission, Bernier, le destituait considérant :

« […] que l’opinion public désigne Beaudoin comme immoral, ignorant et terroriste […] »[1]…qualités pour le moins inquiétantes surtout pour un apothicaires ! 

Il fut remplacé par Dugué – Mansonnière, un des hommes de 1789, ennemi politique des Sans – Culottes. La boucle était bouclée, la révolution « terminée ».


[1] A. D. Eure – et – Loir, L. 155, séance du 17 germinal an III ( 6 avril 1795 ).