Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Révolution Française à Nogent le Rotrou

2 auteur portrait

La Révolution Française à Nogent le Rotrou
  • Nogent-le-Rotrou et son district durant la Révolution française avec des incursions dans les zones voisines ( Sarthe, Orne, Loir-et-Cher voire Loiret ). L'angle d'attaque des études privilégie les mouvements sociaux et les archives locales et départemental
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog

Le Pére Gérard

Le blog généraliste du
Voir le blog généraliste du "Père Gérard" : le Percheron Kibul.
Archives
22 avril 2016

Le 10 novembre 1789 à Mamers : affaire Pinceloup/Grou.

 

agent spacio-temp

Le  10 novembre 1789 à Mamers : instruction contre la tentative de mettre en place une compagnie de chasseurs et plainte contre le maréchal des logis des dragons.

89-11-10

Le mardi 10 novembre 1789, le comité de sûreté de la ville de Mamers enquêtait sur des tentatives de mise en place d’une compagnie de chasseurs qui se trouverait de fait concurrentielle à la garde nationale. En effet si les témoins entendus affirmaient ne pas savoir les buts de cette compagnie, le 3 octobre précédant on apprenait que l’objectif était d’interdire toute sortie de pain ou de farine dans les villes avoisinantes.

Cette affaire au centre de laquelle se trouvait le Sieur Pinceloup avait déjà fait l’objet de plusieurs délibérations dès le début du mois d’octobre, les 3 ( http://www.nogentrev.fr/archives/2017/02/08/34911812.html )  et 4 (http://www.nogentrev.fr/archives/2017/02/13/34933973.html ). Enfin n’oublions pas que ledit Pinceloup était également au centre de la délibération du comité lors de sa séance du 3 novembre 1789 ( http://www.nogentrev.fr/archives/2017/04/16/35177293.html ) pour ne pas avoir payer son suppléant au service de la garde.

Après audition de cinq témoins, dont trois des 46 ou 47 jeunes gens ayant signés une liste d’enrôllement, le comité décidait d’emprisonner sur le champ pour un mois un des principaux agent recruteur de la compagnie, le sieur Grou fils meunier à Mamers. Prudent, il chargeait de cette arrestation un détachement composé de quatre gardes nationaux avec à leur tête un sergent et le commandant des dragons en stationnement à Mamers accompagné de quatre de ses hommes.

Rien n’était décidé concernant Pinceloup absent de la ville à ce moment…mais il y eut sans doute une suite à cette affaire…

 « [ En marge gauche en haut du feuillet 41 verso:

287

Information Contre

Le Fils du n.é Grou

Meunier ]

Aujourd’huY dixiéme Jour de  novembre mil Sept cent quatre Vingt neuF.

Assemblée du comité a été faitte à Laquelle a été representé par Plusieurs membres quil Se Faisoit des enrolements Secrets pour composer une compagnie de ChaSseur dont le Sieur Pinceloup doit etre le chef qu’une pareille conduite peut devenir dangereuse et prejudiciable a la sureté publique meme attentatoire auX droits de la municipalité sans L’Agrement de Laquelle il ne peut Se Former aucun corps de troupe ; que pour prevenir Les consequences et Les Suittes Facheuses qui pourroient peut etre en resulter, il Seroit neceSsaire d’entendre Les diFFerents particuliers qui peuvent avoir connoiSsance de Ces enrollement, Pourquoi il a été arresté qu’on manderoit à L’instant chacun de Ses particuliers pour passer Leur declaration des connoiSsances qu’ils ont à cet eGard Pour ensuitte etre Sur Le Resultat de L’information pris par Le comité telle deliberation quil appartiendra contre Les auteurs du pretendu Enrollement dont il S agit.

89-11-10 fusilliers de la garde nationale

Est comparu Le S. Joseph Joubard garçon bourlier demeurant en cette Ville agé de SeiZe ans demeurant en cette Ville Lequel à declaré que Vendredi dernier SiX de ce mois Le Nommé Grou Fils Seroit allè cheZ lui pour L’engager à S’enroler avec Lui dans une compagnie de chaSseurs que pour cet eFFet il lui presenta une espece de Liste Sur laquelle il le fit Signer, qu’il remarqua qu’il y avoit déjà plusieurs Particuliers d’inscrits, entre’autres Les nommè Boullanger fils et cosneau fils, qu’il Ignore quil [ sic lire : qui ] Devoit etre Le chef De cette compaGnie Et quelle en etoit La destination, que Le No.e Grou AVoit déjà fait des tentatives La veille pour L enGaGer en L’envoyant chercher par Les enfans du nommé cosneau père à S aSsocier à cette compaGnie est ce qu’il à declaré et a Signé.

Joseph Joubard

Est egallement comparu Joseph Joubard père bourlier demeurant en cette Ville Lequel nous a declaré que Jeudi dernier Les enFans du nommé Cosneau Boulanger de cette Ville  Seroient Venus chercher Le Fils du declarant pour L’enGaGer à S enroller dans une comPaGnie de chaSseur Suivant ce quil lui Fut dit Lendemain par Cosneau Fils ainé, mais quil Se reFusa Alors ; que Le lendemain Le nommé Grou fils seroit venu Vers Les deuX heures apres midi au domicille dudit Joubard et Fit Signer Son fils Sur une Liste ou Le declarant Reconnut Les siGnatures des                                                           

42.e

nommé Boullanger et Cosneau Fils, mais quil Ignore quelles pouvoient être Les conditions de cet enrollement, et qu’elle en etoit La destination est ce qu’il a declaré et a Signè.    Joubard

Est auSsi comparu Jullien Boinet Aubergiste demeurant en cette Ville Lequel nous a declarè que dimanche dernier dans L’apres midi Les nommé Renard Fils clerc en pratique cheZ M. DeVauGoudon aVocat à Mamers et Le nommé Caigne fils demeurant Rue du Mans Seroient Venus boire dans son auberge # [ rajout en fin de § : qu’alors ] Ledit Renard tira de sa Poche une Liste Sur laquelle il lui dit vit plusieurs Signatures et que Ledit Renard Lui dit monter au nombre de quarante Sept, quil ne peut Se raPPeller quelle peuvent être les noms des Jeunes Gens inscrits Sur cette Liste que Ledit Renard aJouta que Les Jeunes Gens qui la composoient devoient Former La comPaGnie de M Pinceloup est ce quil a declarè Savoir et a Signè.   J. Boinay

Est encore comparu Pierre BoullanGer Fils agé de SeiZe ans demeurant en cette Ville, Lequel nous a declaré que Jeudi Sur les Sept heures du Soir Le Nommé Grou Fils Seroit Venu Le trouver CheZ Son père et L’auroit enGagé à S’enrôler Sur une Liste qu’il lui Présentait que le declarant SiGna en eFFet, que Grou Lui dit que c etoit pour etre avec lui Sans s’expliquer d avantage Mais que le declarant Sçavoit que c étoit pour s’enroler dans une compagnie de ChaSseurs et que Le Sieur Pinceloup devoit en etre Le chef, que depuis Ce temps il a apris Par Le nommé Renard clerc en pratique CheZ M. deVauGoudon aVocat auX Sieges de cette Ville que Le nombre des enrôlés dans cette compagnie montoit a quarante SiX, et qu’il # [ rajout en fin de § : # declarant ] ne Se repentoit pas d’etre du nombre des inscrits est ce qu’il a declaré et à Signé /

Pierre Boulanger

Est enFin comparu Marin Cosneau Fils boulanger demeurant en cette Ville Lequel à declaré que Vendredi dernier Sur Les SiX heures du Soir Le nommé Grou Fils est allè Seroit allè au domicille du declarant pour L’engager à s’enroller dans une comPagnie de chaSseurs à la tete de laquelle devoit etre La Sieur Pinceloup que Ledit Grou Lui Promit que Le Sieur Pinceloup Lui apporteroit un habit d’uniforme, quil ignore quelle peut etre La destination de cette compaGnie et quel Peut etre Le nombre des inscrits ; que Sur la parolle dudit Grou il mit Sa Signature Sur la liste qu’il lui présenta Est ce qu’il a declaré et à Signé.

Trois mots Rayés nuls./.

Marin Cosneau

Vu ce qui Resulte des declarations  cY deSsus dont Lecture a eté donnée à L’instant et attendu que L’enrolement dont il est question na point eté authorisé, qu’il eXiste meme Des deliberations qui deFFendent expreSsement et notamment celles des trois octobre et quatre oc̃bre dernier ; Vu encore que Le S. PInceloup est actuellement a Paris ou Les nouvelles Publiques annoncent qu’il Se Fait des enrollements Secrets qui peuvent devenir preJudiciables a La Sureté publique, que L’etabliSsement d’un corps tel que celui que ProJette Le Sieur Pinceloup n’est p non authorisé pourroit exciter une Fermentation dangereuse pour les citoyens ; que plusieurs meme ont déjà aSsurè qu ils s opposeroient a L’èlection de cette compagnie Le comité à arresté que Le nommé Grou Fils Sera constitué prisonnier + | rajout en fin de délibération : + ce jour quil y Restera ]  pendant un mois, que pour cet eFFet M. Le commandant de La Garde nationalle Sera requis de commander un Sergent et quatre Gardes nationauX qui Seront escortès par quatre dragons qu’il Sera egallement fait une requisition au commandant du Detachement de dragons # [ rajout en fin de délibération : # d’en commander ] de commander quatre de Ses dragons pour cette operation./.

Fait et arresté Les Jour a L hO à L’Hotel de ville Les Jour et  [ absent : an ] que deSsus. Neuf mots Rayés nuls./.

              Duprey                                     Caillard

Le Camusat    Hardoüin desnos             Jullien dubois

   Paris         Bouteveille           denis pothier ?      goullette

   Frebourg         BesZard              Lair                 Maignée

                                                                                Maire»[1]

Dans une seconde délibération, qui semble du même jour, le comité entendait d’étranges dénonciations visant le sieur Firbac maréchal des logis du détachement de dragons en garnison à Mamers sans rien arrêter à son encontre.

En fait des enfants l’accusaient d’avoir chanté et voulu faire chanter une chanson portant sur les demoiselles Petithommes filles du citoyen Petithomme aubergiste place de Grouas, chanson dont on peut supposer qu’elle n’était pas flateuse.

Puis deux membres de la maréchaussée vinrent rapporter une scène, que l’on pourrait mettre sur le compte d’un repas un peu arrosé,  remontant au mois de mai précédant au cours de laquelle ledit Firbac fit un peu de scandale au même café, les lieux de plaisir devant faire un peu défaut à Mamers selon ses goûts !

Quand bien même rien ne fut décidé par le comité, parce qu’il n’y avait manifestement pas à statuer, il n’en ressortait pas moins que le sieur Firbac semblait ne pas s’être fait que des amis à Mamers, et qu’il devait y avoir une animosité certaine entre lui et le sieur Petithomme.

89-11-10 Dragon

«43.e

 [ En marge gauche en haut du feuillet 43 recto:

288

InformatioN

A L’encontre

Du S.r Firbac ]

Est d abord comparu Anne Quelquejeu agée de douZe ans fille du Sieur Jullien Quelquejeu Marchand demeurant en cette Ville Laquelle nous a declaré que S’etant trouvée La veille de La TouSsaint derniere elle Se Seroit trouvée cheZ Le Sieur Guillaume Peuvret cY deVant BoulanGer de cette Ville Sur les onZe heures du matin, qu’alors Le Sieur Firbac Marechal de Logis du detachement de dragons en Garnison en cette Ville sy trouva avec Le nouveau briGadier qui remplace Le Sieur Cinergo, que Le Sieur Firbac commenca une chanson qui lui parut etre Faitte Sur les Demoiselles Petithomme de La place des Grois, et engagea Le jeune Fils du Sieur pr.e [  pour Pierre ] Guitrel de La chanter en Lui disant mon ami chante donc La chanson du caFFé Souri et Lui oFFrit meme deuX Sols pour La chanter que cet enfant ne voulut point Le Faire et lui dit quil ne Chanteroit pas Ses voisines que Le Sieur Firbac L angagea de nouveau a chanter cette chanson Suivant que Lui a reportè Ledit Guitrel fils, en L aSsurant qu’il n’avoit rien à craindre Est-ce quelle a declaré à Lˋexception qu’elle a connoiSsance que La maison du Sieur Petithomme est Vulgairement designée Sous Le nom du caFFé Souri et a SiGné./. anne quelquejeu

Est comparu Jean Guitrel Fils agé  du Sieur Pierre Guitrel M.d de cette Ville age de treiZe ans Lequel nous a declaré que S’etant trouvé La veille de La TouSsaint derniere cheZ Le S. Guillaume Peuvret cY deVant Boulanger de cette Ville il auroit entendu Le Sieur Firbac Marechal de Logis du detachement de Dragons en Garnison en cette Ville il auroit entendu chanter une chanson Sur Le caffé Souri, qu’il a connoiSsance que la maison du Sieur Petithomme des Grois Est communement desiGnée Sous Le nom de caFFé Souri que Ledit Sieur Firbac engagea Le declarant à chanter cette chanson mais quil S Y reFusa en disant qu’il ne vouloit pas chanter Ses Voisines et quil na point entendu Le Sieur Firbac Lui oFFrir de L’arGent est ce quil a declaré à L’exception qu’il n’a connoiSsance que Le S ? Firbac ait chanté cette chanson  [ rajout en fin de § : + en entier ] n’en aYant entendu que Le premier couplet et a Signé./. Jeant Guitrel

Est auSsi comparu D.lle Marie Peuvret Fille du S. Guillaume Peuvret cY devant Boulanger demeurant en cette Ville Laquelle nous a declaré qu’il Y aura demain ou Samedi QuinZe Jours Le Sieur Firbac Seroit Venu cheZ Le père de La declarante avec Le nouveau brigadier qui Remplace Le S. Cinergo pour compter de La Fourniture de pain Faitte a Son detachement  que Sur Le reproche qu’elle Fit au S. Firbac d avoir renvoyé Ledit Cinergo il Se mit à chanter un couplet d une chanson Sur Le caFFé Souri, que la maison du S. Petithomme des Grois eSt connue en cette Ville Sous Le nom de CaFFé Souri, que Le Sieur Firbac engagea Le S. Guitrel Fils de chanter cette chanson et quil Lui oFFrit meme deuX Liards pour cela ; mais qu’il ne Voulut pas chanter Est-ce quelle a declarè et  a Signé declaré ne Sçavoir Signer de ce enquis.

Est eGallement comparu Le S. Pierre Cholet, Cavalier de MarechauSsée à La residence de cette Ville, Lequel a declaré quil y a enViron trois mois Le S. Firbac Marechal des Logis du detachement de dragons en Garnison en cette Ville L’auroit engagé à Souper, qu’apres Le repas et environ Sur Les onZe heures du Soir Ledit Sieur Firbac # [ rajout en fin de § : # a proposé au  ] engagea Le declarant et au avec Le Sieur Blin Son Confrere d’aller prendre une tasse de caFFé cheZ Le S. Petithomme demeurant Sur La Place des Grois, que ce dernier etoit alors Couché ; que Ledit Sieur Firbac insista pour Se Faire ouvrir La porte ; et menaça meme d abattre Le Bouchon ou enseigne si on en refusoit L’ouverture, que le declarant s’y opposa et parvint à Se Faire entendre dudit Sieur Petithomme qui vint Leur ouvrir La porte est ce qu’il a declaré à L’exception que Lorsquils Furent entrès en la maison il ne Se tint aucun propos desagreables de part et d’autre et a Signè./.   Cholet

Est enFin comparu Le S. François Blin cavalier de marechauSsée a La residence de cette ville, Lequel nous a declare que dans le courant du mois de may dernier autant quil peut Se le RaPPeller Le S. Firbac Marechal des Logis du detachement de draGons en Garnison en cette Ville L’auroit engagé à Souper Avec Le S. Cholet temoin cY deSsus qu’apres Le Souper il Leur proposa d’aller prendre une taSse de caFFé cheZ Le S. Petithomme demeurant place des Grois, qu’il pouvoit etre Alors enViron onZe heures que Le S. Petithomme etoit couché et repondit quil etoit trop tard pour ouvrir Sa porte, que Le S. Firbac insista pour Se Faire ouvrir La porte et dit que Si il avoit eté dans un autre endroit on auroit mis Le Bouchon ou enseigne A bas qu’il aJouta meme il ny à qua Le mettre à bas, Que Le declarant ainsi que le Sieur Cholet S’Y oPPoserent et dirent qu’il Falloit S en aller puisque Le S. Petithomme reFusoit d’ouvrir Sa porte qu’enFin Le S. Cholet Se fit enten connoitre et dans ce moment Le S. Petithomme Ouvrit La porte, et que Lors Quils Furent entré Il ne Se pasa rien entre Le S. Firbac

44.e

Et Le S. Petithomme est ce quil a declaré et à Signé.

                                                                                Blin

 

Fait et arresté Les jour Et an Susdit./.

J Guitrel           frébourg                     marais

       Hardoüin desnos              Lair              Duprey

                                                                     Echevin

Maignée                         BesZard           Bouteveille

Maire              Le Balleur »[2]


[1] AD 72, 1 MI 1343 ( R130 ) - 110 AC 9,11,12 et 13.

[2] AD 72, 1 MI 1343 ( R130 ) - 110 AC 9,11,12 et 13.

 

Commentaires