Décembre 1793Le quintidi 5 nivôse an II, jour du chien mais aussi jour de Noël dans l’ancien calendrier[1] ( jeudi 25 décembre 1793 ), la municipalité de Nogent-le-Rotrou commençait par rédiger un acte de naissance pour la citoyenne Louise Lefebvre, enfant naturelle, dont l’acte de baptême n’avait pas été enregistré à sa naissance en 1748, elle étaient accompagnée de quatre témoins demeurant à Nogent :

« Aujourd’hui cinq nivos 2.e année de la republique Francaise une Et indivisible

Devant nous officiers municipaux de la commune de nogent le rotrou

Est comparüe la cit.e louise le Febvre Fille naturelle, assistée des citoyens Francois rogue, louis Bonenfant, Francois lubin Duschesne louis Boirée tous domiciliés en cette commune, laquelle nous á réprésenté quʿaprés plusieurs recherches inutiles de l’acte de Son Bapteme Sur les régistres de la ditte commune, il paroit que Sa naissance n’à point eté constatée : que néanmoins l’Extrait dudit acte de naissance lui devient en ce moment d’une absolüe necessité pourquoi elle requeroit que Conformement a l’instruction du  ministre de l’intèrieur En datte du trois octobre mil Sept cent quatre vingt treize vieux Stile, observations generales, il Fut par nous dréssé un acte qui tiendroit lieu d’acte de naissance.

Nous officiers  municipaux Susdits Et Soussignés d’après le temoignage Et assurance des cit. cidessus dénommés qui nous ont assuré Et dit que laditte cit.e le Febvre avoit quarante cinq ans revolús avons dressè le présent acte pour lui tenir lieu d’acte de de [sic] naissance ont les dits temoins Signé avec nous a l’Exception des citoyens tabion royaux Duchesne Et Bonnefant. dont acte deux mots rayés Nuls.

François Rogue     Louis Boirée

Hubet                                VaSseur

                                          Maire

                                                                           P.re Lequette          

                                                                                P.r de la C                                     

                  Tison                  

                  s. g. »[2]

  • Puis, la municipalité attribuait un certificat de civisme  à un invalide pensionné de la République, le citoyen Bourselier :    

« Et ledit jour dans laditte assemblée Est Comparu le cit Bouselier invalide Et pensionné de la republique domicilié en cette commune lequel a demande un certificat de civisme au Conseil Général Et a demandé quil deliberat  Sil lui en Seroit accordé un ou refusé

Surquoi le Conseil Général deliberant arrete, oui le procureur de la commune quil Sera accordé un certificat de civisme audit cit. Bourselier dont acte. »[3]

  • Enfin, sur la pétition du citoyen Pesard, membre de l’Etat-Major de la Garde nationale, la municipalité prenait un arrêté réprimant les citoyens qui refusaient d’effectuer leur service ou qui ne se faisaient pas remplacer lorsqu’ils étaient de garde :

« Et le dit jour dans laditte assemblée Sur une pétition presentée par le cit. pesard membre de l administration du conseil des deux Bataillons de la Garde nationale de cette ville relative aux citoyens qui refusent de Faire le Service de la Garde  ou de Se Faire remplacer ; il a été arrete qui quiconque ne Se presenteroit pas pour le Service de la Garde nationale ou qui ne Se  Feroit pas remplacer lorsquil auroit eté requis payeroit par Forme d’amende pour la prémiere Fois quarante Cinq Sols,  pour la Seconde la meme amende Et la prison en outre qui ne pouroit etre de plus de vingt quatre heures, Et pour la troisieme Fois, la meme amende de quarante Cinq Sols Et la prison qui ne pourroit etre moindre de trois jours ; que le dit citoyen Seroit de plus regardé Comme mauvais citoyen Et comme Suspect, et Comme tel traité.

Le conseil Général arrete de plus que publication par Extrais de la ditte petition Sera Faite par Extrais dans les lieux Et aux Endroits accoutumés dont acte

Rigot   Beuzelin  f. G. Verdier   Roger le Comte      VaSseur

                                                                                  Maire

J Gautier          G Petibon               J Sortais             Caget

Beaugars Lejeune

Beaugas lainé     Regnoust      Tarenne      Hubert       Rigot

                                  grenade             Pi Chereault

             Pi Chereault               Lalouette   J C Joubert                               

                                     Tison                  

                                     s. g. »[4]

 


[1]  Faut-il y voir une simple coïncidence ?

[2] : A. M. Nogent – le – Rotrou 1 D 2, 139 recto.

[3] A. M. Nogent – le – Rotrou 1 D 2, 139 verso.

[4] A. M. Nogent – le – Rotrou 1 D 2, 139 verso.