Le 24 septembre 1789 à Mamers.

Le jeudi 24 septembre 1789, le comité de sûreté de Mamers se réunissait en accueillant les nouveaux membres désignés le 22 du même mois qui siégeaient conjointement avec les anciens membres. La première décision prise fut d’adjoindre au futur comité avec voix délibératives les deux premiers commandants de la « milice », Messieurs Frebourg et Lair, par ailleurs membres de l’ancien comité. Cette décision constituait une entorse à la règle tacitement admise que les membres dudit comité devaient être choisis par les « corps » de la ville, sauf à considérer que la « milice », qui devait accueillir tous les « citoyens » de la ville, composait un « corps de métier » !

Dans un second temps, il était convenu de payer les dragons ou les cavaliers de la maréchaussée lorsque les autorités municipales les conviaient à prêter main forte à la « milice » pour des patrouilles hors de la ville, cette paye était fixée à 12 sols pour un service à pied et 20 sols pour un service à cheval.

89-09-24 à Mamers

« Aujourdhuy JeudY Vingt quatre Septembre mil Sept cent quatre Vingt neuf.

Assemblée du comité de Sureté de L hôtel de ville a été Faite en conséquence de la nouvelle nomination faitte dans les différents corps et corporation à la quelle a été représenté par plusieurs membres qu’il Seroit necessaire d’admettre Au nombre des Membres du Comité de Sureté M. M. Les +[ rajout en fin de délibération : De Frebourg et Lair premiers ] commendants de la Milice nationnalle en qualité de membres nommés pour Y avoir Voix delibérative, que Cette précaution devient en quelque Sorte necessaire afin que M M. Les oFFiciers de L’État Major puisse estre plus promptement Informés des deliberations qui ont Raport au Service de la Milice.

[ en marge gauche au milieu du feuillet 23 verso :

246

Payement aux

Dragons  ]

Qu’il Seroit egallement necessaire de deliberer Sur Les honoraires qu’il paroit devoir estre convenable d’attribuer auX DraGons et Cavaliers de Maréchaussée Lorsqu’on les emplois a F préter main Forte dans Les patrouilles Exterieures de La Ville a Fin de ne pas Les rebuter par un Service ou Ils Seroient obligé de Consommer et au-delà de La modique Solde qui Leur est accorder.

La Matière mise en deliberation Les Membres du Comité ont eté d’avis d’admettre M. M. de Frebourg et Lair premiers Commendants de la Milice nationnalle pour y avoir Voix deliberative

Sur Le Second objet quil Sera passé une Somme de Vingt Sols à Chaque Cavalier ou Dragon Lorqu’il Sera Employé a prêter main Forte au Détachement de La milice nationnalle et Lors qu’ils Seront obligés d’aller à Cheval et douze Sols

24.e

Lorsqu’ils Seront a pied, Lesquelles Sommes Seront payées par  Le S.r  Treboil á la Charge des deniers patrimoniauX

Fait et arrêté en Laud.ce du BaillaGe Les Jour et an que dessus.

Rayé cinq mots comme nuls.     

 Frebourg     Monthulé   Le vannyer caillere prestre  

Sergent           Luce de rocquemont   abot    Paris

  P. Aveline   aBot    Boulanger

          denis dehais         Lair                Le Balleur

      odillard                       m      P Chauvin      Groüasé

                                        Villajeu      J mulot

Dureau    G Peuvret   Homé   pierre Fleur[1]     Bouteveille 

J Guibrel   dubois 

                                                                       Maignée                                                                               

                                                                        Maire                                      

                                                             Renard

                                                         Secr.e  G.er »[2]   



[1]       Personnage dont le nom n’apparaît pas dans la délibération du 22 septembre 1789 au cours de laquelle sont désignés les membres du futur comité de sûreté. Sans doute sagit-il d’une personne portant un nom et un pseudonyme.

[2]             AD72 1MI 1343 ( R 130) – 110 AC 9, 11, 12 et  13.